• Tricot

    Tudor Roses – Elizabeth I d’Alice Starmore.

    Je suis très heureuse de vous accueillir sur le blog pour un nouvel article, un article que je ne pensais pas écrire un jour tellement le projet du jour a été laborieux, mais j’en suis enfin arrivée à bout. C’est mon tout dernier pull que je vous propose de découvrir aujourd’hui, le troisième d’une collection que j’adore : Tudor Roses d’Alice Starmore, une de mes designeuses préférées.

    Pour ma troisième réalisation, j’ai choisi une autre Elizabeth, Elizabeth I, attiré par le motif élégant que l’on retrouve sur le devant et le dos du pull. Ce pull, comme presque tous les patrons Alice Starmore, se tricote en pièces que l’on coud ensuite ensemble : cette technique permet de mieux façonner la pièce et de lui donner plus de structure. On y trouve des manches très longues, avec un bout légèrement incurvé, comme pour le corps (cet effet est obtenu en tricotant des rangs raccourcis). Des mailles torses placées stratégiquement apportent une touche encore plus structurée sur les différentes pièces. Un motif de losanges se répète sur le bas des manches, du corps, et sur le col. Et bien entendu, le gros point fort du pull se situe dans ce triangle de motif obtenu avec divers points, de l’ajouré, des nœuds, de la texture.

    Le pull n’est disponible qu’en quatre tailles, un point que je trouve un peu dommage, car on est loin de l’inclusivité que j’apprécie en tricot. Certains patrons du livre proposent plus de choix, mais honnêtement, c’est pas trop ça. Personnellement, j’ai dû m’orienter sur la plus grande taille (XL), puisque c’était celle qui correspondait le plus à mes mensurations – le pull est pensé pour être près du corps, donc c’est à prendre en compte si jamais vous souhaitez plus d’aisance positive. Tout est tricoté en aiguilles 3mm, à l’exception du col, qui se fait sur des aiguilles circulaires 2.75mm. Le fil préconisé est un 2 ply, je suis partie sur la gamme mérinos de Knitting for Olive en coloris Artichoke Purple, qui me paraissait bien coller au rendu souhait en raison de sa légèreté et de son beau drapé.

    Passons maintenant à la partie compliqué de ce projet : la réalisation. J’ai commencé ce pull en novembre ou décembre 2022, super motivée à l’idée de tricoter un autre Alice Starmore, d’autant plus que j’adore mes gilets réalisées jusqu’alors. Mais j’ai rencontré plus d’un problème avec ce projet. Tout d’abord, alors que j’avançais bien sur le devant, j’ai été obligée de mettre le pull en pause car je commençais à ressentir des douleurs au niveau de l’un de mes poignets lorsque je tricotais le panneau décoratif. Mes aiguilles droites assez rigides en 3mm et le motif complexe me rendaient la tâche tout simplement trop ardue. J’ai dû passer quelques temps sur d’autres tricots le temps que ça s’arrange.

    Quand j’ai enfin terminé mon devant, j’ai voulu attaquer une manche : mais passées les étapes intéressantes, je me suis retrouvée à tricoter une mer de jersey en aller-retour… C’était, très honnêtement, incroyablement ennuyeux. Je n’ai jamais eu beaucoup de patience, et pourtant c’était la première fois que j’avais envie d’abandonner un projet tricot.

    Au cours des mois qui ont suivi, j’ai tour à tour repris puis abandonné ce projet plus d’une fois. Puis en septembre 2023, j’ai décidé de me forcer à tricoter au moins une heure par semaine ce pull. C’est peu, mais ça me permettait d’avancer quand même petit à petit. J’ai fini par finir les deux manches, et j’ai aussi fait des ajustements pour le dos afin de me faciliter la tâche : j’ai décidé de ne pas tricoter le panneau décoratif et de rester tout en jersey afin d’éviter les potentielles douleurs que j’avais ressenties en tricotant le devant. Je n’ai aussi pas eu le courage de faire le motif de losanges. Je me suis tout simplement simplifiée les choses, mon objectif étant d’arriver au bout.

    Au final, même si j’en ai vraiment bavé avec ce pull que j’ai mis un an et demi à finir (du jamais vu pour moi), je suis très heureuse d’être allée au bout et de l’avoir fini. Même si j’ai dû faire des modifications pour être sûre de le finir, j’en suis très satisfaite. Ce projet a surtout été pour moi l’occasion de réaliser que j’avais vraiment besoin d’un minimum de challenge pour apprécier tricoter un projet, que ce soit un motif, des finitions, des couleurs, ou autre. Le jersey interminable en 3mm uniforme, surtout en aller-retour, ce n’est clairement pas fait pour moi.

    J’ai déjà prévu de faire un autre projet de cette collection, qui sera plus challengeant et devrait me motiver davantage. Je vous en reparlerai évidemment le moment venu !

    J’espère en tout cas que cet article vous a plu. Je trouvais important de vous parler de ce pull, au-delà de la partie objet fini, pour vous montrer que parfois, même si un tricot traîne des mois et des mois, on peut arriver à le finir. N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire, je vous réponds toujours avec plaisir. A très vite et prenez soin de vous ! 🙂

  • Tricot,  Vetements

    Margaret Beaufort – Alice Starmore

    Bonjour à tous !

    Je suis très heureuse de vous retrouver sur le blog pour un nouvel article, article que j’attendais depuis longtemps de vous proposer. Il s’agit tout bonnement de mon second projet tiré du livre Tudor Roses d’Alice Starmore, ma designeuse fétiche. En début d’année, je m’étais lancée dans le premier patron du livre, le Elizabeth Woodville, connu pour être un des plus simples de cette collection. Mon objectif étant de réaliser tous les patrons du livre, j’ai rapidement eu envie de me pencher sur une autre réalisation, et mon choix s’est finalement porté sur le Margaret Beaufort.

    Le Margaret Beaufort tire son nom d’une figure importante de l’histoire des Tudors, mais qui a tendance à être mise de côté par rapport aux éclatantes femmes d’Henry VIII, Mary Stuart ou Elizabeth I. Margaret Beaufort n’est autre que la mère d’Henry Tudor, futur Henry VII, premier roi de la dynastie des Tudors. Mariée et mère à tout juste 13 ans (!!!), Margaret a passé sa vie à manœuvrer habillement non seulement pour protéger sa vie et celle de son fils dans un royaume en pleine guerre de succession, mais aussi pour s’assurer que celui-ci accède au trône. Margaret est également connue pour avoir été la patronne de plusieurs artistes et pour son investissement dans le monde intellectuel, que ce soit en finançant des écoles ou en cherchant à promouvoir l’écriture et la lecture.

    Les différents portraits existant de Margaret Beaufort donnent l’image d’une femme sérieuse, austère, carrée. Alice Starmore explique que son souhait principal derrière ce design était de privilégier la simplicité, tout en gardant des détails élégants rappelant son statut. Sur certains portraits, on repère quelques points de référence : la coiffe au sommet triangulaire rappelle les motifs géométriques du gilet. Le haut de la tenue avec son col remonté et ses bordures se retranscrit plutôt bien dans le péplum en bas du gilet.

    Pour ce projet, j’ai tricoté une taille XL (un peu grande pour le coup, j’aurais pu faire la taille en dessous) avec de la Tartan 3 de chez Fonty, coloris 2033. Un fil que j’avais déjà utilisé pour un autre gilet dont je vous reparlerai plus tard et que j’aime beaucoup. J’ai suivi les instructions à la lettre, sans effectuer de changements, si ce n’est raccourcir comme toujours les manches (j’ai vraiment les bras courts!).

    La construction est plutôt simple. Le gilet se tricote en pièces séparées : le devant, deux dos, et les manches. Chaque partie commence par une bordure, ou péplum, qui donne un bel effet un peu arrondi. On joint les différentes pièces ensemble avant de travailler le col et les bordures. Le modèle peut être porté comme un gilet classique avec les boutons devant, ou alors derrière. J’ai choisi la seconde option car je trouvais l’idée originale, mais il n’y a pas de distinction réelle entre le dos et le devant, donc je peux le porter dans l’autre sens si je le souhaite ! J’ai utilisé des boutons que j’avais sous la main: je pense les changer pour d’autres qui colleront mieux au gilet plus tard.

    Ce que j’apprécie particulièrement avec ce modèle, c’est sa fausse complexité : avec les motifs, le péplum, le col, on pourrait croire que le filet est difficile à tricoter. J’ai été très surprise par la vitesse à laquelle j’ai pu le tricoter une fois que j’étais lancée. Les instructions sont très claires, très détaillées. C’est honnêtement un modèle très simple à faire. Il m’a fait penser, dans la construction et certaines techniques employées, au Elizabeth Woodville, et c’est un projet qui pourrait être accessible à des débutants qui maîtrisent bien les bases du tricot et voudraient un peu de challenge. Il ne faut pas se laisser impressionner par le nombre de diagrammes, car encore une fois les explications sont faciles à suivre.

    Je suis vraiment contente d’avoir terminé ce gilet. J’aurais aimé attaquer un troisième Alice Starmore cette année, mais je pense que je vais manquer de temps, ça attendra donc l’année prochaine !

    J’espère en tout cas que cet article vous plait, n’hésitez pas à me laisser un petit mot en commentaire ! On se retrouve très vite et en attendant, comme toujours, prenez soin de vous ! 🙂

    La Tricomtoise.

  • Tricot,  Vetements

    Tudor Roses #1 – Elizabeth Woodville

    Bonjour, tout le monde !

    Je suis ravie de vous retrouver pour un nouvel article sur la Tricomtoise, un article qui me tient particulièrement à cœur car je vais aujourd’hui vous parler d’un projet qui faisait partie de ma liste d’objectifs 2022.

    Je vous ai parlé déjà plusieurs fois de mon admiration pour le travail d’Alice Starmore et également de son livre de patrons, Tudor Roses, que j’ai eu la chance de recevoir à Noël avec un kit pour réaliser le Elizabeth Woodville, premier patron du livre. En vous présentant le livre, j’ai annoncé le fait que j’aimerais réaliser chacun des modèles, même si cela allait me prendre du temps (probablement plusieurs années). Mais voici déjà le premier !

    Je vous avoue que me lancer dans un design d’Alice Starmore me faisait un peu peur, car je sais qu’elle utilise des techniques peu communes et que ses réalisations sont en général d’un niveau plutôt élevé. J’ai donc choisi ce projet de gilet en particulier car j’avais vu sur des reviews qu’il était plutôt simple à tricoter.

    Elizabeth Woodville fut reine consort d’Angleterre suite à son mariage avec Edward IV, premier roi de la dynastie des York (l’une des deux familles à s’opposer pendant la Guerre des Deux-Roses) et elle donna naissance à plusieurs enfants dont deux garçons qui auraient été tués par décision de Richard III, avide de pouvoir.

    Les modèles présentés dans Tudor Roses s’inspirent des personnalités réelles derrière les noms des patrons. Dans le cas d’Elizabeth Woodville, les quelques portraits d’elle montrent bien les influences utilisées par Alice Starmore: vous verrez en effet que la forme du col est reprise, les détails aux poignets sont similaires et la taille est marquée.

    La construction de ce gilet est relativement simple. On commence par tricoter les différentes pièces séparément (le dos, les devants, les manches), avant de joindre l’ensemble, d’ajouter le col et de faire les bandes de boutonnages et les dernières finitions. Tout se tricote en jersey, avec des augmentations et diminutions stratégiques qui donnent sa forme si flatteuse au gilet.

    Ce sont surtout les petits détails qui nécessitent une attention particulière dans ce projet. Les bordures picot sont assez simples à réaliser quand on a pris le coup de main, mais j’ai dû prendre mon temps pour les appliquer sur les devants avant de réaliser les bandes de boutonnage.

    Pour ce projet, j’ai utilisé la Hebridean 2 ply d’Alice Starmore, en Witchflower pour la couleur principale, et en Whin comme couleur de contraste. J’ai beaucoup aimé travailler avec cette laine qui a un côté un peu rustique. Ce que j’ai trouvé surprenant, c’est sa capacité à garder la chaleur malgré la finesse du fil !

    Pour les boutons, j’ai trouvé chez mes beaux-parents qui ont une sacrée collection des boutons similaires à ceux du modèle, et qui sont assez standards et donc faciles à remplacer au besoin.

    Il s’agit sans aucun doute de l’un des plus beaux modèles que j’ai pu réaliser dans ma vie. Le rendu est superbe, la coupe flatteuse, les finitions sont élégantes. Je l’avais dit dans ma review du livre, mais je le répète ici: les patrons sont très, très détaillés et ils se lisent facilement. La quantité de détails et la précision des indications est unique !

    J’ai déjà hâte de me lancer dans mon prochain Alice Starmore, même si je n’ai pas encore choisi le patron. Bien sûr, je vous en parlerai le moment voulu !

    En tout cas j’espère que ce premier article vous plait, n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire, et on se retrouve très vite !

    La Tricomtoise

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner