Accessoires

  • Accessoires,  Tricot

    Mara – Yarnflakes.

    Je suis très heureuse de vous retrouver sur le blog pour parler d’un nouveau projet, tout juste tombé de mes aiguilles. Il s’agit d’un châle que j’ai tricoté pour ma maman en utilisant (comme pour le pull présenté la semaine passée) des restes d’un ancien projet. En espérant que cet article vous plaise, je vous souhaite une bonne lecture ! 🙂

    En tricot, j’ai tendance à avoir deux projets maximum en cours : un gros tricot, type pull ou gilet, et un petit tricot, comme des chaussettes ou une écharpe. Et j’achète très peu de pelotes en avance, sans savoir ce que je vais tricoter avec. Malgré tout, je commence à avoir un petit stash qui s’accumule, ce qui me stresse un peu car ce genre de choses peut vite m’envahir. Alors en ce moment, j’essaie de vider ce stash en utilisant ce qu’il me reste dans mon bac à laines pour divers projets.

    Mon choix s’est porté sur une sortie récente, le Mara d’Audrey Borrego, alias Yarnflakes. Un joli projet facilement modulable, qui peut se faire aussi bien en fil fin pour une écharpe légère qu’en grosse épaisseur pour un maxi châle doudou.

    Mara se présente comme une écharpe/châle triangulaire, avec une très belle texture obtenue grâce à du point mousse, des côtes, du jersey, et un petit motif ajouré simple à réaliser. Des augmentations et diminutions régulières permettent d’obtenir sa forme, tandis qu’un i-cord inclus dans le patron permet d’obtenir une très belle finition bien propre.

    Le motif, d’ailleurs, se retient facilement après quelques répétitions. J’ai adoré voir le motif devenir de plus en plus grand à mesure que celles-ci se succédaient ! En terme de difficulté, je pense que si vous êtes un débutant motivé et que vous maîtrisez bien vos bases, le châle est accessible. En plus, il permet de travailler différentes techniques : point mousse, i-cord, jeté, augmentations, diminutions… Et le résultat est vraiment à la hauteur.

    J’ai travaillé en aiguilles 3.5 mais vous pouvez également adapter le patron à une autre taille d’aiguilles sans aucun problème.

    La grande nouveauté pour moi sur ce projet a été de tester une autre façon de bloquer mon tricot. En général, je ne bloque pas forcément mes châles et écharpes, sauf si le motif ou la fibre utilisée le nécessite. Dans le cas de ce châle, malgré l’i-cord, mes bords roulaient sur eux-mêmes, un petit blocage s’imposait. Normalement, je bloque à l’eau, mais cette fois j’ai utilisé… un fer à repasser.

    J’ai été agréablement surprise par le résultat, car non seulement c’était rapide, mais en plus mon châle a pris la forme que je voulais lui donner sans problème. Je pense que j’utiliserai à nouveau cette technique sur des petits projets !

    J’ai hâte d’offrir le châle à ma maman prochainement, car je suis sûre qu’elle l’appréciera. En tout cas, si vous cherchez un projet à tricoter, je ne peux que vous le recommander : en plus, le patron est gratuit. En ce qui me concerne, je suis ravie du résultat.

    Je vous retrouve la semaine prochaine pour un nouvel article, en attendant n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire avec vos retours, je vous répondrai avec plaisir. Prenez soin de vous 🙂

  • Accessoires,  Couture

    J’ai testé pour vous : un kit sac DIY de Cmacrea.

    C’est avec plaisir que je vous accueille sur le blog aujourd’hui pour vous parler de quelque chose que je voulais tester depuis longtemps. Il s’agit du tout premier projet que j’ai terminé cette année, une activité qui m’a occupée pendant une bonne après-midi : un sac à coudre entièrement à la main !

    Je pense que vous avez déjà sûrement croisé ce type de kits, en boutique ou en salon, car plusieurs entreprises en proposent. Dans mon cas, c’est sur le stand de Cmacrea, découvert lors d’un salon consacré aux loisirs créatifs, que j’ai trouvé mon bonheur : j’avais déjà vu plusieurs fois leurs produits lors de manifestations précédentes, et j’étais à chaque fois intriguée par leurs kits pour réaliser des sacs par de la couture à la main. J’adore les sacs, j’adore les kits, et j’ai surtout eu un coup de cœur pour leurs différents designs. Ils ont en effet beaucoup de choix, des sacs super mimis et colorés aux sacoches neutres et plus classiques. Il y en a pour tous les goûts !

    Passons au contenu du kit : il comprend toutes les différentes pièces pour réaliser le sac, toutes pré-percées à l’avance, des aiguilles, du fil de maroquinerie et les éléments de finitions comme, dans mon cas, les petites boucles pour accrocher la anse. Les instructions sont disponibles en format vidéo, ce que je préfère, soit directement sur le site, soit sur YouTube ou encore par le biais d’un QR code. La seule chose qui n’est pas fournie dans le kit, c’est de la colle pour textile qui permet de bien fixer les nœuds de couture, mais on en trouve facilement dans le commerce. J’en avais sous la matin, un tube que j’avais trouvé à Cultura et qui a l’avantage de sécher assez rapidement. Parfait pour ne pas trop attendre entre chaque étape.

    Les instructions vidéos sont claires, on y va étape par étape, et je n’ai pas eu de problèmes particuliers. J’ai apprécié le fait que les instructions insistent sur le fait de bien renforcer les points au début et à la fin de chaque couture. Et la colle pour textile aide vraiment à les solidifier. Je pense que ça aidera pour la longévité du sac. De plus, il me reste pas mal de fil : si jamais je dois faire des retouches, c’est possible.

    Je suis très contente d’avoir sauté le pas et d’avoir testé un de ces kits, car non seulement le résultat est plus que satisfaisant, mais en plus j’ai passé un bon moment en le réalisant. Je pense que je testerai probablement un autre modèle, peut-être pour un plus gros sac. Sachez qu’il existe aussi des modèles conçus pour les enfants, à faire en famille. Une bonne idée d’activité !

    Et voilà, j’espère que cet article vous plait ! J’espère vous présentez d’autres kits ou d’autres loisirs créatifs dans l’année, en tout cas n’hésitez pas à m’en conseiller en commentaire, je vous répondrai avec plaisir. On se retrouve très vite pour un nouvel article, en attendant comme toujours prenez soin de vous 🙂

  • Accessoires,  Crochet,  Tricot

    Le châle Jardin d’hiver – mon premier MKAL !

    Je vous souhaite de passer une année riche en bonheur, joie et créativité ! J’espère que vous avez passé de bonnes fêtes, que vous fêtiez Noël ou non. Je suis ravie de vous retrouver pour le tout premier article de 2024, après des vacances bien reposantes. Elles m’ont fait beaucoup de bien et j’ai pu avancer sur plusieurs chouettes projets tricot et couture. J’ai aussi été très gâtée par mes proches avec notamment des kits que j’ai hâte de vous présenter dans les prochains mois. Mais pour lancer ce mois de janvier, j’ai envie de vous parler que quelque chose de nouveau pour moi : un mystery knit along !

    Les knit alongs sont très populaires sur Instagram et Ralvery, et si j’ai déjà participé à quelques KALs par le passé (notamment via le groupe Ravelry du podcast Fruity Knitting, qui en organise régulièrement), je n’avais jamais fait de version « mystère », avec des indices envoyés régulièrement par le ou la designer(euse). Une expérience que j’avais envie de tenter, ce que j’ai pu faire avec le châle Jardin d’hiver, pour un projet hivernal lancé par Christelle Nihoul (alias Christal LK Designs) en collaboration avec Natissea, que je ne vous présente plus. Pour l’occasion, Natissea avait concocté une box contenant tout ce qu’il faut pour tricoter le châle, en lin (gamme Linaé), et quelques surprises. Et, encore plus chouette, trois combos de couleurs étaient proposés.

    Bien entendu le châle peut tout à fait se tricoter avec d’autres fils ou même d’autres fibres que celles proposées par Natissea, mais personnellement j’ai suivi le fil recommandé.

    Le châle Jardin d’hiver est probablement l’un des plus ambitieux que j’ai pu tricoter jusqu’à présent. C’est mon premier design de Christelle, et je sais qu’elle aime incorporer des éléments assez techniques à ses créations, que ce soit dans le travail de couleurs, des motifs en dentelle… C’était très excitant de travailler ce châle, car sur ce même accessoire il y a beaucoup de variétés. Du point mousse, diverses côtes, de la mosaïque, de la dentelle… On ne s’ennuie pas. D’autant plus que le format de KAL en indices augmente le côté surprenant, on ne sait pas à quoi s’attendre d’un indice à l’autre. C’est très excitant de voir le châle prendre forme doucement, mais sûrement.

    Si le KAL est terminé, il est cependant toujours possible de tricoter ce châle. Je dirais qu’il est quand même assez complexe et conviendrait plutôt à quelqu’un qui a un niveau intermédiaire, en raison des motifs ajourés qui demandent concentration. Mais le résultat est à la hauteur du travail fourni !

    Je suis vraiment très heureuse de mon châle que je trouve très élégant et soigné, surtout après un bon blocage qui a fait ressortir toutes ses particularités. J’ai adoré participer à ce KAL et je pense que j’en ferai d’autres à l’avenir.

    J’espère que vous appréciez le résultat ! N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire, je vous répondrai avec plaisir. On se retrouve vite pour un nouvel article, en attendant comme toujours prenez soin de vous 🙂

  • Accessoires,  Tricot

    Sophie Shawl – Petite Knit.

    Bonjour, tout le monde !

    Je suis très heureuse de vous retrouver aujourd’hui sur le blog pour vous présenter l’un de mes récents projets terminés, un châle que vous avez très certainement déjà vu sur les réseaux sociaux (tout comme sa petite sœur l’écharpe) : le Sophie Shawl de Petite Knit. J’avais initialement prévu de vous en parler un peu plus tard, mais, comme je l’expliquerai un peu plus loin, mais finalement avec l’automne enfin là, c’est le moment parfait pour vous présenter ce projet. Je vous souhaite une bonne lecture ! 🙂

    Je ne sais pas s’il est bien utile de présenter Petite Knit, une designeuse très populaire, dont je vois très régulièrement les créations passer sur les réseaux sociaux. Parmi ses patrons les plus appréciés, la Sophie Scarf arrive en tête : il y a quelques mois, je ne pouvais pas ouvrir Instagram sans voir un post d’une tricoteuse ou d’un tricoteur sur cette écharpe fine. Personnellement, je dois bien avouer que même si je la trouvais mignonne, elle ne m’a jamais vraiment trop tentée, car j’ai tendance à préférer les grosses écharpes et les gros châles. Si je peux donner l’impression d’être engloutie sous un tas de laine, ça me va.

    C’est pour cela que j’ai été davantage attirée par la version châle, le Sophie Shawl : plus large, plus longue, elle me paraissait aussi plus moelleuse et doudou, parfaite pour l’automne et l’hiver. Tricotée dans un fil dense et moelleux, je me voyais bien enveloppée dedans.

    J’ai craqué pour ce design à l’origine pour un projet de teinture dont je vous reparlerai un peu plus loin. Je cherchais quelque chose de simple à tricoter, de rapide, et d’assez neutre. Je pense que ces adjectifs correspondent assez bien à ce châle.

    En effet, le design se distingue par sa simplicité: le châle est tricoté en point mousse, souligné par une très belle finition en i-cord qui permet d’obtenir cette effet de cordon tout le long du châle. Je dois bien avouer avoir une certaine attirance pour l’i-cord comme finition : très facile à faire, cette bordure fait son petit effet. Elle permet de ne pas avoir les bords assez irréguliers du point mousse, et de fondre les augmentations et diminutions requises pour ce châle pour obtenir sa forme de triangle arrondi. Et en prenant soin de ne pas trop serrer votre i-cord, la bordure garde une belle élasticité qui colle bien avec le point mousse.

    C’est aussi un châle rapide à tricoter. Trois tailles sont disponibles (j’ai personnellement choisi la plus grande), et on utilise des aiguilles 5mm pour la réalisation. Donc ça monte vite. C’est le genre de tricot qui se fait assez bien en regardant un film ou une série.

    Pour ce qui est du fil, je suis partie sur la Gilliatt de chez De Rerum Natura, un très beau fil mérinos à l’effet un peu rustique et naturel. J’ai acheté trois pelotes de ce fil, en coloris sel. C’était la première fois que j’utilisais ce fil pour le tricoter (j’en avais déjà pris pour un projet crochet) et j’ai beaucoup aimé son rendu très rebondi et moelleux. Il fait du châle une belle enveloppe bien chaude. Il m’a fallu environ 2,25 pelotes pour tricoter la plus grande taille.

    Ce choix de coloris risque de vous surprendre si vous me connaissez, car j’ai plutôt tendance à graviter vers des couleurs vives, dans les roses, bleus et violets. C’est parce que j’ai prévu de teindre ce châle avec de la teinture végétale achetée chez Sostrene Grene, un petit kit qui a l’air simple d’utilisation. Cependant, j’avoue que n’ayant jamais tentée de teindre, et ayant eu des retours assez contradictoires sur le fait de teindre mon châle déjà tricoté, j’hésite un peu. Pour l’instant, je le porte ainsi, même si je ne suis pas habituée aux couleurs neutres, et je me laisse le temps de la réflexion !

    En tout cas, je vous recommande ce patron sans hésiter si vous cherchez un châle facile à tricoter, adapté aux débutants, ou neutre. Je suis très contente du mieux et je ne regrette pas de l’avoir réalisé.

    Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui ! J’espère que cet article vous plait, n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire avec votre retour. Et si vous vous y connaissez en teinture, je prends vos conseils. On se retrouve très vite, en attendant comme toujours prenez soin de vous 🙂

    La Tricomtoise

  • Accessoires,  Crochet

    La couverture des familles, bilan !

    Bonjour, tout le monde !

    Je suis ravie de vous retrouver aujourd’hui pour un nouvel article un peu spécial, le bilan de la réalisation de ma version de la Couverture des familles de la Fabrique By Esther. Pendant plusieurs mois, j’ai essayé de vous proposer des petits articles pour vous montrer l’avancée de cette couverture au crochet parfaite pour utiliser des restes de pelotes, et maintenant qu’elle est finie, j’avais envie de vous proposer un bilan de ce projet. En espérant que l’article vous plaise, je vous souhaite une bonne lecture !

    Lorsque je suis tombée sur le challenge organisé par La Fabrique By Esther (alors la Fabrique de Pins), sur instagram, j’ai tout de suite été emballée par le principe. Réaliser un carré au crochet par semaine, avec des points différents, voilà une chouette idée. Le résultat (52 carrés, soit un an de crochet) promettait une couverture de belle taille. En plus, ce projet présentait deux avantages non négligeables à mes yeux.

    Tout d’abord, l’opportunité pour moi de découvrir de nouveaux points au crochet et de m’améliorer dans ce loisir créatif. Si j’aime faire du crochet, je reconnais aussi n’y être pas franchement très bonne. Depuis que je pratique le crochet, je fais toujours un peu le même type de points ou de projets. C’était l’occasion parfaite d’explorer le crochet autrement.

    Ensuite, pouvoir utiliser des fins de pelotes qui trainent dans mes placards. Comme tout le monde, je me retrouve régulièrement avec des restes après mes projets, dont je ne sais pas toujours quoi faire. Avec 52 carrés à réaliser, je savais que j’allais faire du vide dans mon stock !

    Je ne vais pas revenir en détails sur les différents points utilisés pour cette couverture car j’ai pu vous faire des articles dessus au fur et à mesure de mon avancée. Mais si je dois faire un bilan au niveau technique, je dois dire que le gros point fort a été pour moi d’explorer le crochet et de tester plein de choses que je ne connaissais pas. La seule chose que je n’ai pas réussi a été de tester le crochet en mode jacquard avec plusieurs couleurs, car malgré quelques tentatives, je n’y suis pas arrivée. Je pense que j’ai besoin d’un cours physique pour ça. En revanche, je remarque quand même que mon niveau s’est amélioré progressivement. Ma tension est meilleure que lorsque j’ai commencé et j’arrive mieux à compter mes points et mes rangs. J’ai découvert des points sympas, que j’espère exploiter dans de futurs projets.

    Pour ce qui est de mon second espoir, celui de vider mon stock, ça a été une réussite absolue. Je n’ai pas cherché à faire quelque chose de coordonner en terme de couleurs, j’ai surtout utilisé ce que j’avais dans mes placards. J’ai pu finir une quantité assez impressionnante de pelotes, et me faire de la place. Et j’apprécie d’avoir des petits souvenirs des différents projets que j’ai pus tricoter par le passé. En regardant la couverture, je me rappelle de ce que j’ai fait, de quand…

    Une fois les carrés terminés, je suis passée à l’assemblage. Je suis partie sur une méthode que j’aime bien pour faire un assemblage quasi invisible au crochet, celui de joindre mes carrés avec un fil de couture, très fin mais solide. Cette méthode me vient de vêtements vintage au crochet que j’ai pus voir et dont la couture était réalisée ainsi. C’est au moment de l’assemblage que je me suis aussi rendue compte d’un vrai problème : j’ai perdu une partie de mes carrés (sept) que je ne suis toujours pas parvenue à retrouver. Je pense que j’ai égaré ces carrés lorsque j’ai déménagé l’été dernier. Ils doivent bien être quelque part, mais où? J’ai donc fait sans. Pour finir, j’ai ajouté une bordure pour un fini bien propre.

    Même s’il manque des carrés, même si le résultat n’est pas parfait et que je suis loin d’être une experte en crochet, je suis très heureuse du résultat obtenu. La couverture qui est désormais la propriété de Tao, notre petit chat à trois pattes, est pleine de couleurs. C’est un challenge que je n’étais pas sûre de terminer : y être arrivée est une belle satisfaction.

    Et voilà, j’espère que cet article vous plait ! N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire et à me dire si vous aussi, vous avez participé à ce projet. On se retrouve très vite, en attendant prenez soin de vous 🙂

    La Tricomtoise.

  • Accessoires,  Tricot

    Lake Reed – Sidispinnt

    Bonjour à tous !

    Je suis ravie de vous retrouver aujourd’hui sur le blog pour un nouvel qui, si je suis honnête, n’est pas vraiment de saison. En effet, avec les chaleurs du moment, l’hiver nous parait loin, tout comme le froid. Ce n’est pas tellement la période des bonnets, mais j’ai tricoté il y a déjà un petit moment mon bonnet pour l’hiver prochain, que je vous propose de découvrir dans cet article.

    Le Lake Reeds est un bonnet désigné par Sidispinnt, une designeuse qui propose sur Ravelry de nombreux patrons de pulls et accessoires divers et variés. On y trouve beaucoup de torsades et de motifs texturés élégants. J’ai découvert son travail grâce au podcast Fruity Knitting, que j’adore, et dans lequel Madeleine présentait sa version du Lake Reed. J’ai aussitôt eu un coup de coeur pour ce bonnet.

    Le patron est disponible gratuitement sur Ravelry – le design est un élégant combo de torsades encadrées par des côtes torses. Il se marie bien avec de nombreux styles et peut plaire à bon nombre. La construction est assez classique : on commence par le bas du bonnet, avec une bonne longueur de côtes pour l’élasticité et un bon maintien du bonnet. Une fois la longueur obtenue, on passe sur les motifs à répéter jusqu’aux diminutions.

    Pour ma version, j’ai utilisé les trois quarts d’une pelote de MSW sport de chez Yarn by Simone en Pink Lady For Ever, qu’il me restait de mon pull tricoté récemment. J’adore la couleur et avec les jours gris l’hiver, je me suis dit qu’un rose éclatant comme celui-ci apporterait du peps.

    Je vous avoue qu’en voyant le motif, j’ai d’abord cru qu’il serait compliqué à réaliser, surtout sur une petite surface comme un bonnet, mais pas du tout. Il est beaucoup plus simple qu’il n’en a l’air. Tricoté en 5mm, le bonnet monte aussi très vite. C’est un projet parfait pour utiliser des restes de pelote.

    En ce qui me concerne, j’ai fait quelques modifications au bonnet pour l’adapter à ma tête (comme il est taille unique, c’est un paramètre à prendre en compte). Déjà, j’ai raccourci la bande de côtes de 2cm, soit 8cm au lieu de 10, tout simplement car j’ai un front pas forcément très haut et des lunettes géantes, donc avec un rebord trop long, ça m’aurait posé problème. De même, j’ai tricoté une partie en mois sur les répétitions du motif principal, car je voulais un bonnet plutôt ajusté : avec les indications du patron, l’effet sur moi aurait été plutôt celui d’un bonnet un peu slouchy, mais je n’aime pas ça du tout.

    Comme je l’ai indiqué plus haut, le patron est gratuit et disponible sur Ravelry, en anglais ou en allemand. Selon moi, ce projet est top si vous voulez vous mettre au tricot en anglais. Car en plus d’être assez facile à tricoter (les torsades sont honnêtement assez simple pour un résultat très élaboré), le patron couvre de nombreuses techniques : les côtes, les torsades gauche/droite, les côtes torses, les diminutions… En un projet, vous couvrez pas mal de choses, ce que je trouve vraiment bien !

    Pour ce qui est du résultat, je suis honnêtement très contente de ce bonnet. Il est ultra moelleux grâce à la laine mais aussi au motif qui lui apporte une belle dimension, et les torsades sont vraiment belles. Je sais que j’aurai plaisir à le sortir cet hiver, il est super agréable à porter. Je ne peux que vous recommander ce patron si vous cherchez un bonnet à tricoter pour cet hiver !

    J’espère en tout cas que cet article vous plait, n’hésitez pas à me laisser votre retour en commentaire, je vous réponds toujours avec plaisir. On se retrouve très vite pour un nouvel article, en attendant prenez soin de vous.

    La Tricomtoise.

  • Accessoires,  Broderie,  Couture,  Crochet,  Upcycling,  Vetements

    Le Bazar #8

    Bonjour, tout le monde !

    Je suis très heureuse de vous retrouver aujourd’hui pour un nouvel article Bazar ! Dans le Bazar, je vous montre toutes les créations sur lesquelles j’ai travaillées mais pour lesquelles il me serait compliqué de faire un article complet. J’ai été assez productive ces dernières semaines et j’ai réalisé par mal de petites choses qui méritent bien leur place dans ce post. Vous y trouverez de la couture, du crochet et de la broderie, bref un chouette programme ! Bonne lecture à vous 🙂

    Crochet : un nouveau béret fraise pour les beaux jours !

    Dans un des tous premiers articles publiés sur le blog, je vous présentais un béret au crochet dans des fils rouge et vert, avec des détails de broderie pour en faire une fraise (mon fruit préféré !). C’est un couvre-chef que je porte très régulièrement depuis que je l’ai fait et que j’adore. J’ai donc récemment décidé d’en faire un second, dans un autre coloris, un rose plus clair. Comme pour le premier béret, j’ai tout simplement fait un cercle de plus en plus grand au crochet, avant de faire des rangs droits et quelques rangs de diminutions pour obtenir la forme voulue. J’ai ajouté des feuilles et la tige, aussi au crochet, avant de finir par les graines en broderie. En fil, j’ai utilisé du coton Malva de chez Natissea et le résultat me plait beaucoup !

    Crochet : une couverture ultra colorée.

    J’ai récemment terminé un autre projet au crochet, un projet que j’ai travaillé pendant plusieurs : une couverture en granny squares, un grand classique du crochet. Pour utiliser mes restes de pelotes de fils à chaussettes (et j’en avais plein : j’ai eu une grosse frénésie de chaussettes l’année dernière), j’ai eu l’idée de réaliser cette couverture très colorée. Elle n’est pas très grande mais de la bonne taille pour se couvrir les jambes pendant les soirées encore un peu fraiches en ce moment. La fabrication est très simple : j’ai assemblé les granny squares avant de faire une bordure dans une couleur plus sobre, qui contraste bien avec les roses, verts et bleus de la couverture. Et en plus, cette couverture a bien vidé mon stock de chutes :).

    Couture : une couverture, encore !

    Passons à la couture, mais avec cette fois encore une couverture. Celle-ci, pour le coup, est un cadeau de naissance que j’ai cousu pour Cathy, notre formidable mercière de la Mercerie Mimosa, qui a accouché récemment. Le tissu dinosaures trop mignon a été doublé avec un tissu bleu tout doux, avec même un petit coin pour ranger un doudou ou une tétine. C’est Cathy qui m’enseigne la couture depuis plusieurs mois, ça me tenait à cœur de lui faire un petit cadeau pour ce très bel événement !

    Couture : un tablier cupcakes so rétro.

    Si vous me suivez sur instagram, vous avez sûrement vu passer ce tableau rétro trop chouette que j’ai récemment fini. Il vous a beaucoup plu, ce qui m’a fait très plaisir. Mon inspiration : les tabliers années 50, qui ont souvent des fronces, des découpes et des détails comme des rubans. J’ai acheté le tissu cupcakes lors d’un salon et il se prêtait parfaitement à ce projet. Je ne vous en dis pas plus pour le moment car on m’a demandé de préparer un débrief complet de sa réalisation, que je vous partagerai ici avec plaisir ! En tout cas, entre les fronces, les plis, et les rubans, j’ai adoré ce projet et j’adore me servir du tablier.

    Broderie : upcycling à la sauce groovy.

    Je termine ce bazar avec un de mes derniers projets, que j’adore : un upcycling d’une trousse de toilette. J’avais dans mes tiroirs cette trousse de toilette que je n’utilisais pas et qui manquait un peu de peps. Le chouette imprimé wavy violet lui donnait un coté 70s sympa, ce qui a été mon inspiration pour lui donner une seconde vie. Avec des chutes de tissu fleuri orange lui aussi très fun, j’ai d’abord cousu des poches sur les côtés de la trousse. J’ai ensuite utilisé un kit de broderie Make me stitch x Marie Albertucci au motif parfait (un roller aux couleurs flashs) pour agrémenter ma trousse. La broderie, j’en fais peu mais j’aime beaucoup : le kit comprend tout ce dont on a besoin, avec le motif imprimé sur un adhésif qui se dissout dans l’eau. Je trouve le résultat très fun et cette trousse a désormais bonne place dans mon atelier, remplie de mes bobines de fils de couture. Décidément, un upcycling réussi !

    Et voilà, j’espère que cet article vous a plu ! N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire avec le projet que vous avez préféré. On se retrouve très vite pour un nouvel article, et en attendant prenez soin de vous !

    La Tricomtoise.

  • Accessoires,  Tricot

    Le châle Hellébore.

    Bonjour, tout le monde !

    Soyez les bienvenus sur la Tricomtoise ! Je suis très heureuse de vous retrouver en cette nouvelle semaine pour vous présenter mon dernier projet tricot terminé, une première sur le blog : un châle. Et pas n’importe quel châle, le Hellébore.

    Si j’aime plutôt bien tricoter des écharpes, je dois avouer que les châles ne sont pas vraiment des choses que je réalise souvent. J’en ai déjà fait un au crochet il y a plusieurs années, et un au tricot, tout simple, pendant le premier confinement.

    Pour les fêtes, ma maman m’a offert le kit du Poséidon, un pull Alice Hammer en fil de chez Natissea , j’ai également reçu le patron du Hellébore : j’ai tout de suite craqué sur ce design, avec le très beau motif semis qui donne un effet ajouré élégant. Je n’ai donc pas hésité longtemps avant de craquer sur trois écheveaux de Pernelle de Natissea pour réaliser ce châle.

    Chez Natissea, on trouve plusieurs gammes de fibres végétales, comme du coton, du lin ou du chanvre. Pour le Hellébore, deux fils sont recommandés: le Linaé (un mélange lin/coton) et le Pernelle, un fil 100% chanvre. Mon choix s’est porté sur la Pernelle, car j’avais vraiment envie de tester du chanvre.

    Vous le savez peut-être : j’ai une grande passion pour le violet, alors j’ai craqué pour un très beau coloris lavande.

    Le châle se construit facilement : on incorpore des augmentations tous les deux rangs pour créer l’amplitude du châle et le motif semis se tricote sur huit rangs simples à mémoriser. On termine ensuite par une très belle bordure ajourée. Cette bordure permet de finir le châle en beauté tout en rabattant les mailles.

    J’ai énormément aimé tricoter ce châle. Rien que la couleur m’enchantait, j’adore ce type de violet. Moi qui n’avais jamais travaillé du chanvre, ça a été une bonne découverte : c’est très différent de la laine, tant dans l’élasticité du fil que dans le toucher. J’aime beaucoup le résultat, très naturel et léger. J’ai hâte de voir comme le chanvre va évoluer dans le temps !

    Je pense que ce châle conviendrait bien à une personne débutantes qui a de bonnes bases, car le patron est très clair, entre les diagrammes et les explications écrites.

    En ce qui me concerne, j’ai réalisé un changement assez significatif dans ce châle, à savoir la bordure. Je pense que comme j’ai tricoté mon châle un peu trop lâche sur le début (honnêtement, ça ne se voit pas) et du coup j’ai « gaspillé » par mal de fil, donc arrivée au moment de faire la bordure, je me suis rendue compte qu’il ne me serait pas possible de faire le motif recommandé. Et comme j’ai une patience frôlant le zéro (et comme je n’avais pas très envie de laisser mon châle en attente trop longtemps), plutôt que de recommander un écheveau pour finir correctement, j’ai décidé d’improviser.

    J’ai fait six rangs au point mousse en continuant les augmentations établies précédemment sur les rangs endroits, puis j’ai réalisé un rabattage au point picot pour garder quand même un peu de fantaisie.

    Mais je sais que je referai un autre Hellébore pour offrir, et cette fois je ferai la bordure du patron car elle est vraiment très belle.

    J’espère en tout cas vous avoir donné envie de tester ce joli châle ou des fibres végétales ; de mon côté j’ai deux autres projets avec des fils Natissea à vous présenter dans les prochains mois, j’ai vraiment eu un coup de cœur !

    A très vite et prenez soin de vous !

    La Tricomtoise.

  • Accessoires,  Harry Potter,  Tricot

    Quand le tricot s’invite chez les sorciers #5 : les mitaines Dueling Class

    Bonjour, tout le monde !

    Je suis ravie de vous retrouver aujourd’hui sur le blog pour reprendre notre petite série autour des tricots inspirés par Harry Potter. Je vous avais laissé en décembre sur une jolie paire de mitaines et c’est à nouveau avec des mitaines que je poursuis cette série.

    Je vous ai déjà parlé plusieurs fois du livre de tricot Harry Potter, que j’ai utilisé plus d’une fois. C’est dans ce livre que j’ai trouvé un projet qui m’intriguait: les Dueling Class Mittens, réalisées avec des perles.

    Comme le nom l’indique, cette paire de mitaines s’inspire des cours de duel que l’on voit à Poudlard, plus particulièrement dans Harry Potter et la Chambre des Secrets. Dans le film, Harry et Drago Malefoy s’entraînent à l’art du duel sur une plateforme sur laquelle est représentée une frise des différentes phases de la lune, motif qui a inspiré cette paire de mitaines.

    Je vous l’avais dit, un de mes objectifs 2022 était d’apprendre à utiliser des perles dans mon tricot et ce modèle me paraissait être un bon moyen de me lancer, malgré un motif assez long à réaliser pour débuter.

    Informations techniques:

    • Fil utilisé : deux pelotes de BB Mérinos de chez Fonty, teinte 0889, achetées à la Mercerie Mimosa à Dijon. J’ai choisi ce joli bleu qui me rappelait la couleur des uniformes de Beauxbâtons.
    • Aiguilles: 2mm.
    • Perles : environ 1600 perles dorées trouvées sur Amazon.

    La réalisation de ces mitaines est plus facile qu’il n’y parait, en revanche il faut quand même s’armer de patience. On commence par enfiler la moitié des perles (environ 800 donc) sur la pelote, ce qui prend honnêtement du temps, surtout si on veut le faire en une fois.

    Mais une fois cette étape faite, le travail est relativement facile, puisque la mitaine est tricotée intégralement en point mousse, en partant de l’avant-bras, avec quelques rangs de diminution qui permettent d’obtenir des mitaines qui épousent bien la forme de votre avant-bras. Il suffit ensuite de suivre la grille fournie pour tricoter les 235 rangs du motif. Le début est assez long, car vous avez une grande quantité de perles sur votre fil qui peut vous gêner pour tricoter, mais avec encore de la patience et en les faisant glisser au fur et à mesure, on prend l’habitude. Et plus on avance dans le travail, moins on a de perles, et donc ça va plus vite !

    Travailler avec des aiguilles de 2mm permet d’obtenir un beau rendu avec des mailles serrées, parfait pour s’assurer que les perles ne se baladent pas partout. Et pour la finition, une couture invisible !

    J’ai tout de même quelques remarques sur ces mitaines, qui peuvent vous être utiles si vous projetez de les tricoter.

    Tout d’abord, les mitaines sont proposées en taille unique, ce que je trouve un peu dommage car on peut vite se retrouver avec des mitaines trop serrées ou trop larges. Je vous conseille donc de regarder les mensurations indiquées pour évaluer si vous devez ajuster le nombre de mailles de chaque côté du motif pour obtenir quelque chose qui vous aille, mais j’aurais bien aimé que cet élément soit pris en compte dans le patron. Ensuite, faites bien attention: droite et gauche ne se tricotent pas de la même façon – je n’ai pas eu ce problème mais j’ai vu plusieurs personnes l’indiquer sur Ravelry; pour le coup, le patron précise bien la marche à suivre pour chaque mitaine.

    Enfin, mon dernier petit problème concerne les instructions pour le tricot des perles. Je trouve les instructions proposées pas très claires en terme de compréhension, je ne sais pas si ça vient d’un problème de rédaction ou de traduction. On nous invite en effet à utiliser du fil et une aiguille à coudre pour attraper chaque perle déjà enfilée sur le fil à tricoter pour pousser la perle contre le tricot; alors qu’il suffit simplement de placer la perle avec les doigts, sans devoir manipuler une aiguille à coudre et sans perdre du temps. C’est un peu dommage mais ça rejoint ce que j’avais déjà pu dire sur les problèmes rencontrés avec ce livre qui n’est pas toujours très limpide pour les instructions.

    Mais malgré ces quelques points négatifs, je suis très contente du résultat obtenu. C’est un projet en plus assez rapide et le motif est plus simple qu’il n’y parait, pour un très beau rendu. En plus de ça, j’ai adoré travailler avec la BB Mérinos !

    Avez-vous déjà tricoté avec des perles? N’hésitez pas à me laisser vos impressions en commentaire et je vous retrouve très vite pour un nouvel article !

    Prenez soin de vous,

    La Tricomtoise

  • Accessoires,  Tricot

    L’écharpe feuille, le parfait petit accessoire rétro !

    Bonjour, tout le monde !

    Je suis ravie de vous retrouver sur le blog pour un nouvel article. Aujourd’hui, je vous propose de découvrir un accessoire que j’ai tricoté tellement de fois que je pourrais même le réaliser les yeux fermés : l’écharpe feuille.

    Depuis que je porte des vêtements vintage/rétro (cinq ans environ), j’ai pu voir ce type d’écharpes un peu partout et même s’il est tout à fait possible de la porter avec une tenue moderne, elle ajoute aux tenues retro un vrai petit plus. Le site Free Vintage Patterns propose même un patron de 1953: c’est vous dire si ce modèle est intemporel !

    C’est en janvier 2020 que j’ai tricoté ma première écharpe feuille, alors que j’étais tombée sur une vidéo YouTube très détaillée et très claire de Cassie Tricote (d’ailleurs, je vous recommande fortement sa chaîne, car ses tutoriels sont vraiment chouettes !). J’ai utilisé de la laine lilas en acrylique que j’avais en stock (impossible cependant de vous dire d’où elle vient, je ne prenais pas note comme aujourd’hui de ce que j’utilisais).

    Comme je ne connaissais pas encore la façon de tricoter cette écharpe, j’ai décidé de travailler entièrement au point mousse, mais il est possible d’utiliser d’autres points, comme le point de riz qui marche très bien sur ce type de projet.

    J’aime énormément cette écharpe que je porte depuis au début du printemps, lorsqu’il fait encore un peu frais. Depuis, c’est un modèle que je tricote de temps en temps, avec des variantes sur les points, la taille des feuilles, la longueur de l’écharpe… Il est facile de faire des modifications pour la mettre à votre goût !

    Il existe plusieurs tutoriels pour réaliser une écharpe similaire, mais je vous recommande vraiment celle de Cassie Tricote :

    C’est un projet facile à réaliser et qui se tricote en plus assez rapidement (je mets quelques heures en général pour une écharpe de taille moyenne). L’écharpe nécessite en plus peu de fil, donc si vous avez une ou deux pelotes en trop après un projet, c’est parfait !

    Personnellement, j’adore cette écharpe et j’aime beaucoup la tricoter pour faire des cadeaux. C’est un peu mon « go-to » pour faire un petit cadeau personnalisé. N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire pour m’indiquer quel est votre tricot préféré à offrir !

    J’espère en tout cas que ce petit article vous plait, et je vous retrouve très vite pour un prochain article 🙂

    Prenez soin de vous,

    La Tricomtoise

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner