• Couture,  Vetements

    Maria Dress – Charm Patterns.

    Je suis très heureuse de vous retrouver sur le blog pour un nouvel article couture (oui, deux à la suite : promis, le prochain post parlera de tricot) pour vous présenter un robe que j’ai récemment terminée. Il s’agit d’une robe, cousue avec le patron de la Maria Dress de chez Charm Patterns by Gertie, que je n’avais pas encore eu l’occasion de tester. En espérant que cet article vous plaise, je vous souhaite une bonne lecture ! 🙂

    Pour ce qui est du tissu, je suis partie sur un très joli tissu des Coupons de Saint Pierre, un tissu tailleur en coton brun avec des chevrons. J’ai choisi ce tissu car avec l’une des amies, nous avons réalisé cette même robe pour un projet commun (des disneybounds Star Wars pour une visite à Disneyland Paris – nous étions des jedis), dans le même tissu, dans des coloris juste un peu différents. J’ai pris trois mètres, parfait pour faire la robe. Le rendu est exactement ce que je cherchais, car c’est un tissu qui a beaucoup de tenue (ce qui est très bien pour les robes rétros), sans être trop rigide.

    La réalisation de cette robe a été plutôt aisée : comme je l’ai indiqué plus haut, elle est vraiment marketée à destination des débutants. Un choix que je comprends car la robe contient, dans sa forme la plus simple, un nombre de pièces limité et qui en plus se distinguent très bien les unes des autres. Les marges de couture de 1.5cm permettent d’avoir un peu de largesse, ce qui est bien quand on débute; les instructions indiquent de faire les finitions des pièces une fois deux pans cousus ensemble, ce que je trouve plus simple que de tout zigzaguer ou surfiler avant. Je préfère cette technique, même après presque deux ans de couture.

    Par contre, même si je suis d’accord pour dire que la robe est accessible à des personnes qui débutent la couture, je ne sais pas si j’irai jusqu’à affirmer, comme Charm Patterns le fait, que même les gens n’ayant jamais cousu de vêtements peuvent y arriver. Déjà parce qu’un des gros paramètres de réussite de cette robe réside dans une prise de mesure parfaite pour trouver le bon bonnet, ce qui n’est pas toujours facile à faire quand on débute, mais aussi parce le haut reste quand même assez technique, avec plus cinq pièces sans compter les parmentures. Et la jupe arbore des plis, pas forcément le truc le plus simple à faire. Avec un peu de concentration et en prenant son temps, c’est possible, ce n’est juste pas le projet que je conseillerai comme premier vêtement.

    Après avoir terminé la robe, je n’ai qu’un seul petit bémol à relever, qui est d’ailleurs le même que pour une autre robe Gertie réalisée précédemment, la Night and Day : malgré les précautions prises pour choisir la taille la plus adaptée à mes mensurations, le haut ne tombe pas tout à fait comme je le voudrais. En effet, ça baille pas mal devant et sur les emmanchures, la taille est un peu large aussi. De même, ma taille naturelle est plus haute que celle de la robe, ce qui fait qu’après avoir cousu la jupe, cette dernière tombe un peu trop bas pour moi. Cependant, maintenant que je sais me débrouiller en couture, j’ai pu noter où faire des modifications pour un meilleur rendu la prochaine fois que je ferai ce modèle.

    Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Vous l’aurez compris, je suis globalement très satisfaite de cette robe que je me ferai probablement dans d’autres tissus à l’avenir. N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire avec votre retour, je vous répondrai avec plaisir. On se retrouve vite pour un nouvel article, en attendant comme toujours, prenez soin de vous 🙂

  • Couture,  Uncategorized

    True Blood Sewing : je me couds la garde-robe de Sookie Stackhouse #1 – Présentation.

    Je suis ravie de vous retrouver sur le blog pour un nouvel article. Aujourd’hui, j’ai décidé de lancer une série de posts un peu particulière, puisqu’il va s’agir d’une série au long cours pour vous parler de plusieurs projets couture que j’ai envie de réaliser dans les prochains mois.

    Il y a quelques semaines, j’ai décidé de me replonger dans une série dont je suis très fan et qui a littéralement été ma série préférée de ma vie de jeune adulte : True Blood, série HBO basée sur la saga de Charlaine Harris (que je re-dévore aussi en ce moment). Et en revisionnant les épisodes, je me suis souvenue d’à quel point j’adorais les tenues portées par Anna Paquin qui interprète l’héroïne, Sookie Stackhouse. Des looks souvent retro, qui ont été pour moi un des moteurs pour me lancer dans ce style vestimentaire. Je me souviens qu’à l’époque où je regardais la série pour la première fois, je bavais devant certaines de ses robes, en rêvant de les porter.

    Je tiens à préciser qu’il ne s’agira pas de cosplays à proprement parler : ayant une morphologie très différente de Sookie et vivant dans un climat qui n’a rien à voir avec la Louisiane, j’ai prévu de faire des ajustements pour être sûre d’obtenir quelque chose qui me convienne complétement. De plus, les articles risques de contenir des spoilers, que j’essaierai de limiter au maximum, mais je ne garantis rien.

    Je devrais m’attaquer à cette robe dans les prochaines semaines : j’ai déjà mon patron et mon tissu, et j’ai hâte de m’y mettre ! Donc gardez les yeux ouverts, ça arrive très vite !

    J’espère en tout cas que ce concept vous plait et que vous serez au rendez-vous. N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire, je vous répondrai avec plaisir. On se retrouve la semaine prochaine pour un nouvel article, en attendant comme toujours prenez soin de vous 🙂

  • Amigurumi,  Crochet

    Crochet Pokémon #1 : Ectoplasma.

    Bonjour, tout le monde !

    Soyez les bienvenus sur le blog pour un nouvel article. En ce moment, j’enchaîne (avec joie !) les projets terminés, car je me suis fixée un gros objectif pour la fin d’année : finir un maximum de projets qui traînent dans mes placards. J’ai, il y a quelques mois, eu la mauvaise idée de commencer beaucoup trop de choses en même temps. Histoire de faire de la place dans ma tête et dans mon atelier et pour commencer 2024 sur de nouvelles bases, je suis déterminée à avancer le plus possible sur ces projets dormants. Et notre sujet du jour, c’est un de ces projets.

    Il y a plusieurs mois, j’ai acheté le livre Pokémon Crochet, un ouvrage compilant une vingtaine de patrons de divers Pokémon. La promesse du livre : nous donner des bases pour ensuite réaliser tous les Pokémons qui existent. Grande fan de Pokémon depuis l’enfance, j’ai eu envie de tester ce livre et de vous en proposer une petite série sur le blog. Je ne sais pas encore si je ferai l’intégralité des Pokémon présents dans le livre, mais voici déjà le premier de cette série, qui se trouve être aussi le premier patron du livre.

    Il s’agit d’Ectoplasma, à savoir mon Pokémon préféré. J’adooooore Ectoplasma depuis que je suis petite : j’ai toujours eu une préférence pour le type Spectre et j’adore la puissance d’Ectoplasma. Son air un peu flippant lié à son côté rondouillard en font le parfait mélange de mignon et effrayant. J’étais donc très excitée de démarrer ce projet, en partant en plus sur une version XL : j’ai choisi en effet de faire une assez grande version.

    Il est recommandé un crochet de 2.5mm avec un fil coton, mais j’ai choisi de travailler en 4mm avec fil épais, le Guéret de chez Fonty que j’ai trouvé dans un violet parfait pour ce personnage. Déjà parce que je voulais un gros Ectoplasma, et également car je suis plus à l’aise avec des crochets un peu plus épais.

    Le livre est bien fait, avec différentes photos d’illustration pour chaque Pokémon et des instructions simples et claires. Il y a aussi une petite présentation des techniques utilisées en début de livre, avec des conseils pour réussir vos créations. Les Pokémon sont classés par difficulté.

    En ce qui me concerne, je dois avouer que j’ai mis du temps à terminer ce Pokémon: j’ai même fait une pause de plusieurs mois entre le début et la fin de ce projet. Je pense que ces difficultés de motivation viennent déjà de moi (j’ai un TDAH et j’ai parfois du mal à aller au bout de ce que j’entreprends, d’où mon objectif de finir un maximum de projets avant la fin de l’année), mais aussi du fait que le patron, bien que placé en 1ère position et classé comme « facile », n’est peut-être pas le plus évident pour commencer.

    Cette classification vient je pense des techniques utilisées qui sont relativement faciles : on crochete en maille simple, avec quelques augmentations et diminutions et les instructions sont, comme je l’ai dit plus haut, vraiment claires. En revanche, Ectoplasma comprend BEAUCOUP de petites parties : en plus du corps, des pattes et des oreilles, on doit aussi faire des doigts et orteils, une queue et tout un tas de petites cornes à coudre un peu partout. La multitude de petites pièces fait que ce projet était peut-être un peu too much pour moi pour une première. Mais j’ai fini par réussir à aller au bout.

    Ce que j’ai beaucoup aimé en revanche a été d’utiliser de la feutrine pour le visage. Je n’avais encore jamais fait ça (et ça se voit : mes mesures et ma découpe sont assez imprécises) mais je suis contente du résultat et d’avoir pu expérimenter avec cette matière. J’ai utilisé de la colle textile qui a très bien pris, facile d’utilisation.

    Je sais aussi que beaucoup de gens n’aiment pas la partie couture de ce genre de projet, dans mon cas, j’aime bien ça. J’ai apprécié voir mon Pokémon prendre forme au fur et à mesure que j’ajoutais les différentes pièces.

    Au final, le résultat me plait beaucoup malgré ces quelques défauts. Je sais que je ne suis pas une pro en crochet mais je suis heureuse de ce que j’ai accompli avec ce projet. Je pense qu’avoir pris un crochet plus gros et un fil plus épais a été une bonne décision car je suis plus à l’aise avec des crochets de taille moyenne. Avec le rembourrage, mon Ectoplasma est bien dodu !

    Pour la suite de ce petit « challenge' », je pense réaliser Rondoudou dans quelques temps (probablement début 2024): je pense qu’il sera plus simple à faire car il a l’air de nécessiter moins de couture, et je vous en parlerai bien sûr sur le blog !

    J’espère en tout cas que cet article vous plait, n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire et je vous retrouve très vite pour un nouvel article ! Prenez soin de vous,

    La Tricomtoise

  • Tricot

    Real Easy Raglan, round 2 : version Pokémon !

    Bonjour, tout le monde !

    Voilà plus d’un mois que je ne vous avais pas posté un article 100% tricot, entre les vacances et mes derniers posts qui portaient sur d’autres sujets. Alors je suis plus que ravie de vous proposer aujourd’hui de découvrir un de mes tous derniers projets terminés, un pull ultra coloré et fun que j’ai pris beaucoup de plaisir à tricoter. Je vous souhaite d’avance une bonne lecture 🙂

    Pour ce nouveau projet, je suis partie d’un patron que je connaissais déjà. Il s’agit du Real Easy Raglan, un pull que je vous ai déjà présenté sur le blog il y a quelques mois, lorsque j’ai tricoté une première version pour mon compagnon. Ce patron de Maker Maker est parfait si vous voulez un bon pull basique dans votre garde-robe ou si vous débutez le tricot en circulaire. Avec ses instructions simples, précises et claires, je le trouve vraiment très bien, si vous tricotez en anglais. J’ai tendance à préférer pour moi les pulls avec de la texture ou des éléments originaux (manches bouffantes, rangs raccourcis, pinces poitrine…), mais c’est ce modèle que j’ai choisi de tricoter lorsque j’ai craqué pour une collection de chez Bulbe Bizarre dont le thème a été un gros coup de cœur. Car pour pouvoir mettre en avant toutes les couleurs et nuances des fils, partir sur un basique me paraissait une bonne idée. De plus, ce patron peut facilement se décliner pour s’adapter à vos envies.

    Mais revenons-en à Bulbe Bizarre ! Je voyais passer depuis un moment sur Instagram les superbes fils de Bulbe Bizarre, avec ses coloris super fun et originaux. Je pense que vous l’avez compris en suivant mon blog ou mon compte instagram, la couleur, c’est mon truc. J’adore porter des vêtements colorés, des motifs, des rayures. Ce n’était qu’une question de temps avant que je ne craque pour ses fils.

    C’est lors de l’annonce d’une collection spéciale Pokémon que j’ai officiellement (vous me pardonnerez l’expression) craqué mon slip. Pokémon, je vous en ai déjà parlé sur le blog, a une place toute particulière dans mon cœur. Je fais partie de la génération des enfants qui ont découvert Pokémon lors de l’arrivée de l’anime et des jeux en France. Je joue toujours à ma Game Boy Color et je garde précieusement ma peluche Pikachu.

    La collection comprenait trois coloris aux noms des trois starters de la première génération : Bulbizarre, Salamèche et Carapuce. Il y a avait aussi un coloris bonus pour le kit chaussettes, mais je me suis concentrée sur les starters. J’ai été séduite par les couleurs vives des fils, qui reprennent assez bien les nuances des différents Pokémon. J’ai commandé un écheveau de chaque coloris avec en tête l’idée de m’en faire un pull.

    Depuis un moment, je tricote pas mal de projets qui nécessitent d’être concentrée et de réfléchir un peu, donc j’avais envie d’un projet tricot zéro prise de tête. C’est pour cela que je suis partie sur le Real Easy Raglan, car il est vraiment simple à suivre, on est dans une mer de jersey. Afin de pouvoir avoir les trois coloris, des rayures s’imposaient : tous les dix ronds, je changeais de couleur.

    J’ai tricoté en aiguilles 3mm pour les côtes et 3.75 pour le corps. J’ai fait quelques modifications par rapport au patron de base, tricoté en taille XL : tout d’abord, j’ai raccourci les manches pour en faire des manches courtes, au niveau du coude. Un petit effet bouffant, en faisant des diminutions avant les côtes, ajoute un peu de volume. Pour le corps, je l’ai raccourci de quelques centimètres, et j’ai également augmenté la longueur des côtes pour obtenir environ 9cm.

    Je suis très contente du résultat obtenu. J’aurais aimé que le pull soit un poil plus près du corps pour un effet plus rétro (j’aurais pu tricoter la taille L pour cela, mais j’avais peur que ce soir trop serré : au final, j’aurais pu), mais à l’exception de ce point, je trouve que le pull est exactement comme je l’imaginais. Les couleurs sont super vives et le fil est top à tricoter !

    J’espère que cet article et le pull vous plait, n’hésitez pas à me laisser un commentaire. On se retrouve très vite pour un nouvel article, en attendant prenez soin de vous ! 🙂

    La Tricomtoise

  • Autres,  Evénements

    Le Labyrinthe Tim Burton – retour sur l’exposition.

    Bonjour, tout le monde !

    Je suis très heureuse de vous retrouver aujourd’hui pour un article un peu spécial, qui ne portera pas sur le tricot ou la couture, mais sur une exposition qui vient tout juste de se terminer à Paris : il s’agit de l’exposition « Tim Burton, le Labyrinthe », qui s’est récemment tenu à la Villette. J’en avais parlé sur mon instagram au moment de ma visite, sans vous dévoiler le contenu de l’exposition, et j’attendais qu’elle s’achève pour vous faire, comme pour l’exposition Mugler, un petit retour. J’espère que l’idée vous plaira ! Bonne lecture à vous ! 🙂

    Organisée à la Villette, l’exposition s’est tenue du 19 mai au 20 août. Ce n’est pas la première exposition consacrée à Tim Burton à avoir lieu en France, en effet la Cinémathèque lui avait déjà rendu hommage il y a maintenant plusieurs années (en 2012 ! J’avais pu y aller, c’était un très bel événement). Cette fois, une mise en scène différente, et assez originale, proposait de découvrir le travail du réalisateur : un labyrinthe.

    Je me suis rendue à l’exposition avec mon conjoint, qui aime bien Tim Burton, mais sans plus. De mon côté, sans être une fan absolue comme j’ai pu l’être plus jeune, j’apprécie énormément son univers et j’avais vraiment envie de découvrir l’exposition, dont le concept me plaisait beaucoup: le visiteur était invité à découvrir le travail du réalisateur en passant de salle en salle comme dans un labyrinthe, avec des portes à choisir. Certaines salles, sur ses œuvres majeures, étaient obligatoires (on tombait forcément dessus), d’autres nécessitaient d’emprunter une porte spécifique. Ce qui fait qu’il n’était pas possible de voir toutes les salles, à moins de prendre un billet un peu plus cher.

    Je vous avoue qu’on a vu pas mal d’avis très négatifs en ligne avant de faire la visite, ce qui nous a fait un peu peur, mais vraiment nous avons beaucoup aimé notre découverte du labyrinthe. Déjà l’extérieur nous a mis dans l’ambiance : une sorte de chapiteau façon cirque creepy, très chouette ! Le visuel est le gros point fort de l’exposition. Chacune des salles propose une immersion dans un univers précis, par des projections ou décorations murales, des ambiances sonores et bien sûr des pièces exposées : beaucoup de dessins de Tim Burton, mais aussi et surtout des reproductions de personnages cultes dans les tenues des films. Edward, Jack, Sally, les personnages d’Alice au pays des merveilles ou encore Willy Wonka.

    J’ai beaucoup aimé le fait de pouvoir voyager d’un univers à l’autre et d’être plongée dans les films que je connais si bien. Voir les costumes de près était un vrai plus. J’ai pu admirer tous les détails, par exemple sur la robe de la Reine de coeur, ou sur celui du Chapelier Fou. Je ne fais pas de cosplays, mais je n’ai pas pu m’empêcher aux cosplayers qui ont dû beaucoup aimé cet élément de la visite. On pouvait faire tout le tour des différents personnages pour les voir sous tous les angles, c’était top !

    L’exposition mêlait très bien différents aspects de la carrière de Tim Burton, que ce soit son travail de réalisateur, mais aussi d’écriture, de dessin… Ce par le biais des petits textes explicatifs ou par les illustrations ou vidéos exposées.

    Nous avions pris le billet classique, donc on savait que nous ne pourrions pas faire toutes les salles (il est bien précisé à l’entrée que nous ne pouvons pas retourner en arrière), mais nous sommes tombés sur un staff super sympa qui nous a laissé voir deux salles que nous n’avions pas vues. C’était vraiment très gentil de leur part !

    Personnellement, pour avoir fait cette exposition et celle de la Cinémathèque, je trouve objectivement que celle de la Cinémathèque était plus complète et plus dense. En revanche, j’ai beaucoup aimé le côté très ludique et surprenant de cette version : ne pas savoir ce qu’on va trouver dans la salle suivante, c’était chouette.

    Notre visite a duré un peu plus d’une heure, le temps de tout lire, faire des photos, choisir les pièces. Nous avons tous les deux beaucoup aimé. Vraiment une belle exposition qui nous a plu à tous les deux !

    J’espère que ce petit article vous a plu, on se retrouve dès la semaine prochaine pour parler de tricot. En attendant comme toujours prenez soin de vous et n’hésitez pas à me dire si vous avez pu voir l’exposition !

    A très vite,

    La Tricomtoise

  • Couture,  Vetements

    Barbie : mes tenues pour voir le film !

    Bonjour, tout le monde !

    Je suis très heureuse de vous retrouver aujourd’hui après quinze jours d’absence (petites vacances estivales)! Pour cette reprise, quoi de mieux que de la couleur et du fun? A moins de vivre dans une grotte, vous avez sans aucun doute entendu parler de la sortie du film Barbie, qui fait un carton en France et à l’international. J’ai attendu ce film avec impatience pendant des mois, au point de préparer non pas une, ni même deux, ni même trois, mais quatre tenues qui en sont inspirées. Aujourd’hui, je vous propose d’en découvrir trois (la quatrième n’est pas encore complétement finie). En espérant que cet article vous plaise, je vous souhaite une bonne lecture !

    1 – Hi Barbie !

    Pour commencer, voici la tenue que j’ai portée lorsque je suis allée voir l’avant-première du film. Il faisait particulièrement chaud à ce moment-là (plus que maintenant, c’est sûr), et j’avais initialement prévu de porter une tenue inspirée par le look cowboy que l’on voit dans le film. Mais ce look ne se prêtait pas à la météo, j’ai eu honnêtement peur de dégouliner de sueur avant même d’arriver au cinéma, et j’ai donc décidé quelques jours avant de porter une autre tenue que je souhaitais réaliser à un moment ou à un autre : il s’agit d’une tenue inspirée par le look de plage en vichy rose portée par Barbie, avec son joli effet cœur dans le dos.

    Pour ma version, je suis restée sur du vichy rose, et sur un esprit plage, avec une combinaison tirée du patron Jane Set de chez Charm Patterns by Gertie. Ce patron, déjà présenté dans un précédent article, est vraiment top en raison des multiples options qu’il propose. Je suis partie sur la version combi-short, en effectuant quelques modifications. Tout d’abord, pour les bretelles, j’ai décidé de les remplacer par des bretelles nœuds, plus faciles à ajuster selon moi. Pour le bas, comme il est beaucoup plus court que ce que j’ai l’habitude de porter, il a fallu trouver un moyen d’allier confort, pratique et esthétique. D’où le short, avec lequel je suis plus à l’aise qu’une minijupe. Mais pour garder la référence au look dont je m’inspire, j’ai rajouté par dessus une petite jupe amovible, qui se ferme sur le côté par un nœud.

    Personnellement, j’ai beaucoup ce look. Le résultat est très rétro, tout en gardant le côté Barbie. Un succès donc !

    2 – Suburban Shopper Barbie.

    Pour mon second look, je l’ai préparé pour une occasion spéciale : je suis retournée voir le film avec mon amie Sophie et nous avons donc décidé de réaliser des tenues basées sur des vraies Barbie. Elle a choisi Poodle Parade Barbie et de mon côté, j’ai sélectionné ma Barbie préférée : la Suburban Shopper. Il se trouve que j’ai en ma possession une reproduction de cette robe, sortie par la marque Unique Vintage il y a quelques années. Je l’adore mais malheureusement, après plusieurs années à la porter, elle commence à montrer des signes de fatigue. Je suis donc repartie de cette base pour ma création, en utilisant le patron de la robe Night & Day de chez Charm Patterns by Gertie. J’avais déjà cousu une première fois cette robe, au succès un peu mitigé. Une première tentative qui m’a permis de faire des ajustements sur cette seconde version : cousue en coton bleu épais des Coupons de Saint Pierre, cette robe utilise la taille 14 pour le haut, et la taille 16 pour la jupe. J’ai ainsi obtenu un haut bien plus ajusté que précédemment, même si je pense que je peux encore la modifier un peu pour un résultat encore plus optimal. Cette robe m’a également permis de tester un élément encore inexploré de ma machine, à savoir ses points de broderie décoratifs. C’était mon premier essai, donc un peu irrégulier (il faut trouver le bon rythme pour entrainer le tissu) mais honnêtement je suis contente du résultat !

    3 – I’m just Ken.

    Pour finir, je ne pouvais pas passer à côté de l’occasion de coudre un look Ken. Grande fan de Ryan Gosling depuis des années, j’ai adoré sa prestation dans le film. Tout comme Barbie, il a droit à des looks fabuleux. Evidemment, faire son manteau Mojo Dojo Casa House, c’était un peu too much, alors je suis partie sur un look mélangeant plusieurs scènes du film. Déjà, pour le bas, j’ai repris mon jean taille haute que j’adore et qui fait écho à l’ensemble total jean porté par Ken dans le film. Pour le haut, en plus d’un joli t-shirt Barbie, je me suis cousue une blouse Cali de chez Treize Coquelicot (oui, encore, promis c’est la dernière pour un moment) inspirée de la tenue plage de Ken, avec ses rayures. J’ai utilisé ma chute de ma robe Suburban Shopper pour la majorité de la blouse, avec une partie rose pour le haut du dos. Pour encore plus de rose, j’ai utilisé des boutons roses et des rubans décoratifs pour le bas des manches et de la blouse. J’adore le look qui fait très 80/90, et c’est très confortable !

    Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui ! J’espère que cet article vous plait, n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire avec vos impressions. Je vous retrouve très vite pour un nouvel article, en attendant prenez soin de vous ! 🙂

    La Tricomtoise.

  • Broderie,  Point de croix

    Broderie #1 : Mon expérience avec le point de croix !

    Bonjour, tout le monde !

    Je suis très heureuse de vous retrouver sur le blog La Tricomtoise pour un nouvel article consacré à un type de loisirs créatifs dont je n’avais pas encore vraiment parlé jusqu’à maintenant : la broderie.

    Vous l’aurez sûrement remarqué si vous venez régulièrement sur le blog, j’aime beaucoup tester tout un tas d’activités différentes. Si certaines sont de vraies passions que je pratique au quotidien (comme le tricot), il y en a d’autres que je fais plus ponctuellement mais que j’apprécie tout de même beaucoup, comme la broderie.

    Je suis loin d’être une experte en broderie; il y a énormément de façons de broder différentes et, comme le crochet ou le tricot, la broderie a connu ces dernières années un gros coup de jeune. Dans cette série d’articles autour de la broderie, je vous parlerai des différentes façons de broder que j’ai pu tester et de mon expérience.

    Commençons par la technique avec laquelle j’ai découvert la broderie, celle que je pratique depuis le plus longtemps : le point de croix! Je pense que nous avons tous et toutes une bonne idée de ce qu’est le point de croix, une forme de point compté avec un point réalisé en forme de croix, qui suit le plus souvent un diagramme. Le motif a un effet pixelisé, les croix formant de petits carrés.

    Quand on pense au point de croix, on pense souvent à celui de nos mamies et de nos mémés. Je crois qu’on a tous eu ou vu les fameux abécédaires au point de croix, et les immenses cadres représentant des paysages qui ont dû demander des heures et des heures de travail. Par rapport à d’autres types de broderie, j’ai l’impression que le point de croix souffre encore pas mal d’une image un peu vieillotte.

    Et pourtant, le point de croix peut être très moderne. Il suffit de faire un petit tour sur des boutiques en ligne comme Etsy pour trouver des grilles de point de croix dans tous les styles et pour tous les goûts. Pour des accessoires, pour décorer des vêtements ou pour réaliser des décorations, le point de croix a mille et unes utilités.

    J’ai découvert le point de croix quand j’étais petite. Comme pour le tricot, c’est une activité à laquelle j’ai été initiée par ma mamie, qui en faisait de temps en temps (et elle continue à en faire aujourd’hui). Je me souviens qu’elle avait des catalogues avec de nombreux modèles d’animaux, de fleurs, et je piochais dans ses bobines réaliser mes premiers travaux.

    Je n’ai malheureusement plus trace de mes premiers points de croix, mais j’ai le souvenir d’avoir fait des marque-pages, des pochons pour la lavande, et des petits tableaux décoratifs.

    Si je n’ai plus ces anciennes créations sous la main, je continue toujours de faire du point de croix de temps en temps. Je trouve que c’est un moyen assez simple de se mettre à la broderie et d’apprendre les bases, comme les épaisseurs de fils, suivre un diagramme, bien rentrer les débuts et fins de fils…

    Il existe plein de kits pour le point de croix, dans toutes les gammes de prix et de complexité. Le plus important est d’avoir le matériel de base, à savoir du fil, une toile, une aiguille et un tambour pour se lancer. Pour les plus débutants, il se vend même des toiles imprimées, pour suivre plus simplement encore le design.

    De mon côté, je fais désormais du point de croix surtout pour offrir (j’ai par exemple fait un cadre pour ma mamie, ou des marque-pages pour des proches), mais aussi pour customiser de façon originale certains accessoires.

    Une chose que j’aime beaucoup faire au point de croix, ce sont des patchs décoratifs que je couds ensuite sur mes sacs en tissu. Pour cela, j’utilise des toiles pour le point de croix classiques, car elles sont en générales très solides et elles ne s’abiment pas. Et pour les motifs, je me sers de grilles de pixel art qu’on trouve sur internet. Ces grilles sont très pratiques et peuvent aussi être utilisées pour faire du jacquard en tricot.

    Dans les exemples que je vous ai mis dans l’article, j’ai réalisé ces patchs pour un de mes tote bags dans lequel je transporte mon tricot quand je sors de chez moi. Il s’agit de deux Pokémons (Pikachu surfer et Ectoplasma), de Kero de Card Captor Sakura, et d’une chauve-souris trouvée sur internet.

    J’aime beaucoup ce genre de projets et le point de croix en général : le point de croix demande concentration, il a un côté très méditatif. On voit le dessins se former au fur et à mesure que notre aiguille avance, et le bruit de l’aiguille qui glisse dans la toile est plutôt relaxant.

    Ces patchs sont vraiment très chouettes et même s’ils prennent du temps à réaliser (surtout pour le fond), ils sont très faciles à faire. Si vous avez envie de vous lancer dans la broderie mais que vous ne savez pas par où commencer, le point de croix peut être un bon début.

    Et vous, faites-vous du point de croix? N’hésitez pas à me laisser vos retours sur la broderie en commentaire, et je vous répondrai avec plaisir !

    A très vite,

    La Tricomtoise.

  • Uncategorized

    Canvas de Kim Hargreaves.

    Bonjour, tout le monde !

    Soyez les bienvenus sur le blog ! Je suis très heureuse de vous retrouver aujourd’hui pour un nouvel article tricot, dans lequel je vous propose de découvrir l’un de mes derniers projets en date. Il s’agit d’un pull récemment terminé et que j’ai beaucoup aimé réaliser, le Canvas de Kim Hargreaves.

    Souvenez-vous, il y a plusieurs mois je vous parlais de mon tout premier design de Kim Hargreaves, le fameaux Hearten, un très beau gilet court comprenant énormément de détails (des torsades, des côtes, du picot, du point de riz…). Ce design est issu de la collection Calm de la designeuse, une collection avec de très beaux modèles cosy et confortables. J’avais très envie de tester un autre modèle de cette série, plus simple que le Hearten, et j’attendais donc la bonne occasion de m’y mettre.

    Cette bonne occasion s’est présentée il y a quelques mois lorsque Lyly sur un fil a sorti pour Halloween un coloris pour sa gamme Lyl Sock qui a été un énorme coup de cœur : le Friends don’t lie, inspiré par une de mes séries fétiches, Stranger Things. Ce coloris, plutôt sombre (ce qui change de mes couleurs habituelles, dans les vifs ou pastels), représente bien le monde de l’Upside Down; on y trouve des rouges, des violets, des bruns, des bleutés, formant un très bel ensemble. J’ai donc immédiatement craqué en prenant trois écheveaux, car je savais qu’avec tout cela il y aurait de quoi faire un pull. Et en cherchant un design à réaliser, mon choix s’est porté sur le Canvas.

    Le Canvas est un très beau modèle, sobre et simple, comme l’ensemble de la collection Calm. Avec son col bateau et son côté ample, il se prête très bien à des tenues plutôt casual, mais les détails ajourés sur les manches et le corps lui donnent une petite originalité que j’aime beaucoup.

    La construction de ce pull est relativement simple: pour moi c’est un pull assez accessible pour les débutants qui maîtrisent bien les bases. Les différentes pièces se travaillent séparément, en commençant par les côtes, puis on passe au jersey et au motif ajouré. Ce motif se travaille sur quatre rangs identiques, il est plutôt simple à réaliser. Et une fois qu’on a pris le pli, le pull monte assez vite !

    Une fois les différentes pièces finies, on assemble les coutures raglan, puis on montre des mailles pour le col qui se tricote lui aussi en côte. On termine les coutures, on rentre les fils et je vous conseille de bien bloquer le pull car le blocage pour moi a permis de faire ressortir le motif ajouré, notamment sur les manches.

    Le patron nous invite à changer d’aiguilles pour le motif ajouté (4mm pour le jersey, 3.75 pour le motif), mais honnêtement j’ai travaillé tout le pull (à l’exception des côtes) en 4mm car c’était plus simple pour moi que de changer d’aiguilles.

    J’avais déjà eu l’occasion de tester la gamme Lyl Sock de Lyly sur un fil grâce à un écheveau trouvé lors d’une vente éphémère à la Mercerie Mimosa (j’avais fait une écharpe feuille). J’avais beaucoup aimé le fil, un plaisir aussi à travailler pour ce pull. Non seulement le coloris est superbe, mais il révèle toutes ses nuances dans le jersey.

    J’ai choisi le Canvas pour son motif ajouré qui m’évoquait des racines, qu’on trouve dans l’Upside Down. Je me suis dit que c’était le design parfait pour rappeler de façon subtile le monde de Stranger Things.

    Le Canvas a été un plaisir à travailler : il se tricote vite et est simple à faire. Il est selon moi adapté à des débutants qui maîtrisent les bases et commencent à se lancer dans des pulls, car il reste assez simple à construire tout en gardant assez d’originalité pour être intéressant. J’ai mis plusieurs mois à le faire car j’avais un test en même temps, mais sinon je pense que j’aurais même pu le finir plus vite. C’était très intéressant de tester un second Kim Hargreaves, surtout après un premier design assez complexe. Il y a d’autres patrons dans la collection Calm qui me font envie, et que je tricoterai à l’avenir !

    En tout cas, j’espère que ce pull, le premier de l’année, vous plait ! N’hésitez pas à me laisser un commentaire et je vous répondrai avec plaisir ! On se retrouve très vite sur le blog, en attendant comme toujours prenez soin de vous !

    La Tricomtoise

  • Couture,  Crochet,  Upcycling

    Le Bazar #4.

    Bonjour, tout le monde !

    Je suis très heureuse de vous retrouver aujourd’hui sur le blog pour un nouvel article. Voilà plus d’un mois et demi que je ne vous avais pas proposé un petit bazar, ces articles dans lesquels je vous présente divers petits projets terminés. Au menu de ce quatrième numéro : de la couture et du crochet ! C’est parti :).

    1 – Couture : un tote bag pour transporter mes en-cours tricot.

    Commençons par un peu de couture, avec mon dernier projet terminé. J’ai récemment reçu le club Ghibli spécial Kiki la petite sorcière d’ArcoIris Yarns (j’y consacrerai un article plus complet la semaine prochaine), et il y avait un transfert à l’effigie de Kiki et de Jiji. J’ai tout de suite eu l’idée de me faire un tote bag avec ce transfert, et plus particulièrement un tote bag pour transporter mes en-cours tricot. Des sacs, j’en ai tout un tas, mais pour le tricot, ils ont tendance à être trop larges et pas assez haut, et ils ne sont en général pas doublés : j’ai déjà eu des problèmes d’aiguilles un peu pointues qui transpercent mes sacs. Pour ce tote bag, je suis passée en mode upcycling : j’ai utilisé une taie d’oreiller en vichy rose de ma belle-mère pour faire la structure du sac. En la pliant en deux, je suis parvenue à avoir la doublure que je voulais. J’ai appliqué le transfert au fer à repasser, utilisé une chute de ma jupe fraise pour faire une poche à l’arrière, et des restes de mon sac Georges pour faire les anses en simili cuir (je vous confirme que le simili cuir n’est toujours pas mon ami). J’ai également appliqué un ruban décoratif. Je suis très contente du résultat qui correspond à mes attentes !

    2 – Couture : des carrés sensoriels pour enfants.

    Autre projet couture qui m’a bien occupé : la réalisation de carrés sensoriels pour ma maman, qui travaille dans la petite enfance. Le but de ces carrés est de stimuler les sens des petits, notamment en leur faisant découvrir différentes textures, couleurs, motifs. Pour ces carrés, j’ai utilisé des chutes de tissus récupérés par ma maman, que j’ai coupé en carrés. Cousus endroit contre endroit avant d’être retournés pour une petite surpiqure (un détail tout simple mais qui finit bien le travail), ces carrés sont ornés de petites étiquettes en tissus. Pour le coup, ce projet est 100% récup, pas de gâchis !

    3 – Crochet : des Amigurumi Hollow Knight.

    Je suis loin d’être une pro en crochet, vous le savez, et j’apprends depuis peu à faire des amigurumi. Ce petit duo est issu du jeu vidéo Hollow Knight, dont mon compagnon est friand. Il m’a donc demandé si je pouvais lui réaliser ces personnages : je suis tombée sur un patron parfait, chez 1UpCrochet (sur Etsy). Pour ces personnages, j’ai utilisé du fil 1880 et Mongolia de chez Fonty, que je trouve parfait pour des personnages de bonnes tailles, car le fil est bien gonflant et tient bien en place. J’avais peur qu’ils ne soient pas simple à faire, surtout avec les détails des cornes, mais les explications sont très claires. Le résultat n’est pas parfait, cependant je trouve que je m’améliore et mon amoureux est content de les avoir :).

    4 – Crochet : les petits Bulbizarres !

    Si vous êtes nés dans les années 90 comme moi, vous n’avez que difficilement pu échapper à la folie Pokémon. Personnellement, j’étais une grande fan de cet univers et je le suis toujours, même si je suis beaucoup moins les jeux récents. Après avoir vu plusieurs personnes le faire sur Instagram et Ravelry, j’ai eu envie de me lancer dans la réalisation de la première génération au crochet. J’utilise mes petites connaissances pour me lancer et j’ai commencé par Bulbizarre, peut-être pas le plus simple. Chaque Pokémon sera fait trois fois, car je vais en offrir à mes deux frères.

    J’espère que ce petit bazar vous plait, n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire ! On se retrouve très vite pour un nouvel article, en attendant prenez soin de vous 🙂

    La Tricomtoise

  • Harry Potter,  Tricot

    Quand le tricot s’invite chez les sorciers #6 : La cape Beauxbâtons.

    Bonjour, tout le monde !

    Je suis très heureuse de vous retrouver aujourd’hui sur le blog pour un nouvel article tricot, le sixième de ma série de posts autour de l’univers d’Harry Potter. Après les mitaines Dueling Class présentées en mars dernier, j’ai ressorti le livre de patrons Harry Potter (le premier : j’ai vu qu’un second volume était sorti récemment) et j’ai décidé de me lancer dans un nouveau tricot qui me faisait envie depuis longtemps, à savoir la cape Beauxbâtons.

    Cette cape me faisait de l’œil depuis que j’ai le livre – j’avais même tenté de la réaliser une première fois, mais j’avais abandonné car le fil que j’avais choisi ne convenait pas pour ce projet. C’est lorsqu’une de mes amies m’a demandé de lui tricoter cette cape que j’ai décidé de m’y remettre. Et je la tricote non pas une, mais deux fois !

    En effet, comme j’ai souvent pu le dire dans les articles de cette série, ce livre de tricot contient souvent des erreurs. Ce qui est assez frustrant, surtout pour des personnes débutant le tricot et qui n’ont peut-être pas encore assez de connaissances ou d’expérience pour se rendre compte qu’il y a des problèmes. Donc, comme je voulais être sûre de ne pas tricoter une cape avec des erreurs pour mon amie, j’ai décidé de me tricoter un premier exemplaire afin de maîtriser le patron !

    Pour ma première réalisation, j’ai choisi un fil proche de celui recommandé, que j’ai déniché comme quasiment toujours à la Mercerie Mimosa à Dijon. Il s’agit de la Baby Silk Fluffy de chez Kremke (ma première expérience avec ce fil), en coloris Baby Blue. J’ai tricoté la taille XL et j’ai utilisé environ 2,3 pelotes. J’utilise pour la seconde cape ce même fil, en Baby Blue pour le corps et en Jeans pour le col et les triangles décoratifs.

    Cette cape est plutôt facile à tricoter – j’ai vu plusieurs avis, notamment sur Ravelry, mentionner le fait qu’elle était accessible aux débutants. Je suis d’accord: si vous avez déjà appris les bases du tricot et que vous avez envie d’un projet sympa à tricoter mais avec quelques technicités, cette cape est faite pour vous.

    On commence par un montage provisoire au crochet (première petite technicité) avant de réaliser le corps en jersey. La cape prend progressivement de l’amplitude grâce à des rangs d’augmentations. Les finitions des bordures sont soignées grâce à un rabattage en i-cord (seconde technicité), puis on récupère les mailles du rang de montage pour s’attaquer au col et aux triangles décoratifs. L’i-cord est une technique que j’adore et qui permet d’avoir de beaux bords bien nets. C’est clairement l’une de mes astuces préférées pour avoir un tricot un peu « next level ».

    Dans l’ensemble, j’ai beaucoup aimé ce projet. Déjà, j’ai adoré tricoter avec la Baby Silk Fluffy : c’est un fil très doux avec de belles nuances (je trouve que la Baby Blue a un léger effet argenté). Après le blocage, le rendu est encore plus soyeux! Elle a un beau tombé, parfait pour une cape de ce genre. Moi qui pourtant n’aime pas trop les laines fluffy habituellement, j’ai été séduite. Je suis en train de tricoter la seconde cape et je me régale toujours autant. Elle fonctionne très bien en fil unique, mais je me vois bien l’utiliser avec un autre fil pour ajouter du moelleux à un pull ou gilet.

    La simplicité du patron est vraiment agréable aussi, ça se tricote sans trop réfléchir. Si vous avez besoin d’un projet pour regarder un film ou une série sans trop avoir besoin de vous concentrer sur votre tricot, c’est parfait ! Mais les petites technicités apportent quand même la touche complexe qu’il faut pour ne pas s’ennuyer. Je me répète, mais les finitions en i-cord et le col aident vraiment à obtenir un rendu de qualité.

    En revanche, je me dois de râler encore sur les erreurs dans ce patron. Décidément, depuis que j’ai commencé à tricoter des modèles de ce livre, je n’ai pas encore trouvé un patron sans erreur… Ici, on en a une grosse : le rang de rabattage du corps est erroné (il est indiqué de rabattre à l’endroit – l’erratum Ravelry, que j’ai heureusement vu avant, nous informe de rabattre en réalité en i-cord : ce qui est logique, sinon on se retrouve avec un tricot qui roule); les explications des bordures des devants ne sont pas très claires (pareil : c’est de l’i-cord), tout comme les indications pour le col. C’est le gros défaut de ce livre et la raison pour laquelle je ne me prendrai probablement pas le second volume.

    Mais malgré ce gros défaut, je suis très satisfaite de ma cape. Elle est très agréable à porter, légère tout en tenant bien chaud, et la couleur est sublime. J’ai déjà hâte d’offrir la seconde cape à mon amie pour voir sa réaction !

    Je ne sais pas quand je m’attaquerai à un prochain tricot Harry Potter, mais si vous avez un patron du livre que vous tenez particulièrement à voir ici, n’hésitez pas à me laisser un commentaire !

    On se retrouve très vite pour un nouvel article, en attendant comme toujours prenez soin de vous 🙂

    La Tricomtoise

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner