Uncategorized

  • Couture,  Uncategorized

    True Blood Sewing : je me couds la garde-robe de Sookie Stackhouse #1 – Présentation.

    Je suis ravie de vous retrouver sur le blog pour un nouvel article. Aujourd’hui, j’ai décidé de lancer une série de posts un peu particulière, puisqu’il va s’agir d’une série au long cours pour vous parler de plusieurs projets couture que j’ai envie de réaliser dans les prochains mois.

    Il y a quelques semaines, j’ai décidé de me replonger dans une série dont je suis très fan et qui a littéralement été ma série préférée de ma vie de jeune adulte : True Blood, série HBO basée sur la saga de Charlaine Harris (que je re-dévore aussi en ce moment). Et en revisionnant les épisodes, je me suis souvenue d’à quel point j’adorais les tenues portées par Anna Paquin qui interprète l’héroïne, Sookie Stackhouse. Des looks souvent retro, qui ont été pour moi un des moteurs pour me lancer dans ce style vestimentaire. Je me souviens qu’à l’époque où je regardais la série pour la première fois, je bavais devant certaines de ses robes, en rêvant de les porter.

    Je tiens à préciser qu’il ne s’agira pas de cosplays à proprement parler : ayant une morphologie très différente de Sookie et vivant dans un climat qui n’a rien à voir avec la Louisiane, j’ai prévu de faire des ajustements pour être sûre d’obtenir quelque chose qui me convienne complétement. De plus, les articles risques de contenir des spoilers, que j’essaierai de limiter au maximum, mais je ne garantis rien.

    Je devrais m’attaquer à cette robe dans les prochaines semaines : j’ai déjà mon patron et mon tissu, et j’ai hâte de m’y mettre ! Donc gardez les yeux ouverts, ça arrive très vite !

    J’espère en tout cas que ce concept vous plait et que vous serez au rendez-vous. N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire, je vous répondrai avec plaisir. On se retrouve la semaine prochaine pour un nouvel article, en attendant comme toujours prenez soin de vous 🙂

  • Uncategorized

    Mes envies tricot pour 2024.

    Et voilà, nous sommes en décembre. Je ne sais pas pour vous, mais je trouve que 2023 est passé à une vitesse folle et je sais que ces prochaines semaines vont aller très vite aussi. S’il me reste des petites choses à vous présenter avant la fin de l’année, j’ai envie aujourd’hui de vous parler un peu de mes envies tricot pour les prochains mois. En espérant que cet article vous plaise, je vous souhaite une belle lecture ! 🙂

    Le jacquard, c’est vraiment ma passion. Tout d’abord, parce que j’adore les couleurs et avoir des vêtements à motifs, et aussi parce que c’est une technique que je trouve très agréable. J’aime voir les motifs apparaître au fur et à mesure que le tricot avance. Cependant, ces derniers mois, j’ai assez peu fait de jacquard. J’ai donc très envie d’y consacrer plus de temps en 2024, avec notamment deux patrons que j’ai dans ma librairie Ravelry, tous les deux de Yarnflakes : le pull Hyphen et le gilet Figures. Je ne sais pas encore quelles couleurs choisir, mais je sais d’avance que je vais beaucoup m’amuser avec ces deux projets !

    Un de mes objectifs à long terme est de réaliser chacun des designs du livre Tudor Roses d’Alice Starmore, une de mes designeuses préférées. J’avais à la base prévu de faire au moins deux designs par an, mais si j’ai réussi la première année, 2023 est un échec : je dois terminer mon seul Starmore de l’année, le Elizabeth I, que je suis déterminée à finir d’ici la fin de décembre. Pour 2024, je vais essayer de faire au moins un design (si j’en fais deux, je serai aux anges – je préfère cependant être un peu plus réaliste). Je pense partir sur le Anne of Clèves, dont j’aime les torsades, et qui se tricote en aiguilles 4.5 dans mon souvenir.

    Cette année, je me suis mise au tricot végétal et j’en ai profité pour me faire quelques hauts pour l’été. Je pense que ça a été un vrai tournant pour moi et je prends plaisir à porter du tricot toute l’année. J’ai l’intention d’étoffer ma garde-robe tricot pour l’été, notamment avec d’autres petits hauts. Notamment le Lil’Daisy d’Elise Bonnail, un joli t-shirt avec des frou-frous autour du col.

    J’ai aussi envie de tricoter quelques vêtements pour la mi-saison, des tops pas forcément aussi chauds que mes tricots d’hiver mais que je peux enfiler lorsque les températures commencent à monter ou à descendre. Je pense au Transparent de Kim Hargreaves, un pull doudou et léger, et au très beau design ajouré du Pallene de Yarnflakes.

    On termine cette petite sélection qui reste quand même ambitieuse avec des envies de gilets. A vrai dire, je n’en ai que deux, dont un qui est plus un pull car porté constamment fermé. J’ai envie de me faire des gilets pour varier un peu mes tenues, mais aussi car je souhaite explorer davantage la construction des gilets. J’ai bon espoir de faire deux projets : le Carantec de Marianne Munier et un autre design de Kim Hargreaves, le Free, parfait pour passer sur les épaules lors des soirées fraiches.

    Et voilà, c’est tout pour cette semaine. Vous l’aurez remarqué, on reste dans une sélection de hauts, mais je compte bien me faire aussi quelques accessoires. J’ai déjà hâte de vous montrer ces différentes réalisations au cours des prochains mois. N’hésitez pas à me laisser vos suggestions et propres envies en commentaires, je vous répondrai avec plaisir. On se retrouve la semaine prochaine pour un nouvel article, en attendant comme toujours prenez soin de vous !

  • Uncategorized

    Fêtes 2023 : idées cadeaux pour les créatifs de votre entourage !

    Soyez les bienvenus sur la Tricomtoise. Je suis ravie de vous retrouver aujourd’hui pour mon traditionnel article spécial idées cadeaux pour les fêtes de fin d’année. Comme tous les ans, je vous propose une petite sélection de cadeaux pour les amoureux de loisirs créatifs, avec du tricot, du crochet, de la couture, et de quoi se lancer dans un nouveau hobby. En espérant que cet article vous plaise et vous inspire, je vous souhaite une belle lecture ! 🙂

    On commence par ma partie préférée : le tricot. Je fais partie de celles et ceux qui auront très probablement des cadeaux tricot au pied du sapin, alors les suggestions ci-dessous sont en partie inspirées par mes envies !

    • De quoi se faire des chaussettes : bon, on peut tricoter des chaussettes toute l’année, on est d’accord, mais c’est quand même agréable de se faire une paire tranquillement, dans son canapé, sous un bon plaid, un soir d’hiver. Avec un écheveau, votre tricoteuse ou tricoteur préféré(e) pourra déjà réaliser une belle paire (peut-être même deux selon la quantité de fil utilisée). Je vous invite à découvrir les nombreux teinturiers qui proposent des écheveaux pour chaussettes aux belles couleurs. Quelques exemples : Lyly sur un fil , Le bruit des aiguilles , ou encore Au fil d’Horus. N’hésitez pas à indiquer vos recommandations en commentaires si vous avez d’autres boutiques en tête.

    • Découvrir le fil végétal : 2023 a été pour moi l’occasion de partir à la rencontre des fils végétaux. Par le passé, j’ai déjà pu travailler du coton, sans vraiment accrocher, mais grâce à un cadeau reçu par ma maman l’année passée, j’ai découvert le tricot avec des fils végétaux par les gammes de chez Natissea. Je pense que vous vous en êtes rendu compte si vous avez suivi mon blog ces derniers mois, j’ai tricoté de nombreux projets en coton, chanvre et lin. Un pull, deux châles, plusieurs tops estivaux… Vraiment je me régale. N’hésitez pas à aller voir les kits disponibles, vous trouverez sûrement de belles inspirations.

    • Patrons : un autre moyen de faire plaisir aux tricoteurs et tricoteuses, leur offrir un patron. Si vous connaissez leurs designeurs préférés, vous pouvez directement aller sur leur site internet à la recherche d’un design sympa. Ou vous pouvez également aller sur Ravelry et chercher des patrons en fonction des goûts de la personne à qui vous souhaitez faire un cadeau : un pull, un accessoire, uni ou coloré, avec des torsades, de la dentelle… Le moteur de recherche de Ralvery est très bien fait et vous permet de trouver de belles pépites.

    Le crochet, j’en fais moins mais je sais que de nombreuses personnes pratiquent aussi bien le tricot que le crochet. Voici donc quelques idées de cadeaux crochet !

    • Kit amigurumi : les amigurumi ont toujours le vent en poupe et ils en existent de toutes sortes. Animaux, peluches, inspirrées par des personnages de la pop culture, bref, il y a de quoi se faire plaisir. Pour ce genre de réalisation, j’aime bien partir sur des kits, car on y trouve vraiment tout ce qu’il faut pour faire un petit personnage complet. On en trouve un peu partout maintenant, et en général les prix tournent entre 15 et 30 € selon le kit.

    • Livre crochet : je vous ai déjà parlé des livres de tricot thématiques qui sortent ces dernières années et qui rencontrent le succès (Harry Potter, Star Wars et bientôt Seigneur des anneaux), sachez qu’il existe aussi des livres similaires pour le crochet. Pokémon, Ghibli, ou si vous voulez partir sur du classique, il y a aussi la « bible » du granny square, des livres sur les accessoires… C’est l’occasion de voir ce qu’aime votre créatif et de lui trouver un livre qui lui donnera envie de créer !

    Comme pour le tricot et le crochet, pour ce qui est de la couture, je préfère ne pas vous recommander d’acheter du tissu, car il est probable que la personne à laquelle vous souhaitez faire un cadeau a déjà beaucoup de choses en stock, et il n’est pas évident d’évaluer la quantité de tissu nécessaire pour un projet. Donc, je vous conseille de plutôt vous orienter sur des accessoires !

    Le classique : une bonne paire de ciseaux de couture. Je sais que certaines personnes préfèrent choisir leur paire directement, mais pour les autres c’est le genre de cadeaux qui fait plaisir. Surtout si, comme moi, votre couturier-e fait partie de la team gaucher !

    Vous pouvez également partir sur des porte-épingles, en bracelet au poignet, magnétique, par exemple. Ou sur des règles de couture, un kit comprenant des craies, des stylos effaçables, des pinces… Vous pouvez même faire votre propre kit avec une petite trousse dans laquelle mettre ces fournitures. En couture, on en a toujours besoin !

    Depuis plusieurs années, les loisirs créatifs font leur grand retour en force et de plus en plus de compagnies proposent des kits pour découvrir de nouvelles activités. Punch Needle, canevas, macramé, création de bijoux, maroquinerie, le choix est large. Il y en a pour tous les prix, donc en fonction de votre bourse, c’est une bonne option. Je vous invite aussi à voir s’il y a des lieux, comme des merceries, ateliers ou boutiques qui organisent des cours thématiques: c’est un bon moyen de faire vivre ces lieux, tout en faisant découvrir une nouvelle activité à une personne qui vous est chère !

    Et enfin, si toutes ces idées ne suffisent pas, vous pouvez aussi partir sur le classique mais efficace bon cadeau pour une mercerie proche de chez vous. Comme ça, si vous n’êtes pas sûr de ce qui pourrait faire plaisir à votre fan de loisirs créatifs, avec un bon, il ou elle trouvera sûrement chaussure à son pied.

    Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui ! J’espère que cet article vous aura donné quelques pistes ! Si vous avez d’autres idées à suggérer, n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire, je vous répondrai avec plaisir. On se retrouve très vite pour un nouvel article, en attendant comme toujours prenez soin de vous !

  • Uncategorized

    J’aimerais tricoter plus (vite) : comment faire ?

    Bonjour, tout le monde !

    Soyez les bienvenus sur la Tricomtoise ! Aujourd’hui, j’avais envie de répondre à une question que l’on me pose souvent, aussi bien en ligne qu’en vrai : « mais comment tu fais pour tricoter aussi vite? Moi, il me faut X mois pour faire un pull! ». Du coup, je me suis dit qu’il pourrait être intéressant de vous livrer quelques uns de mes conseils et astuces pour tricoter plus et plus vite. Rien de bien sorcier, mais j’espère que cet article vous plaira ! Bonne lecture 🙂

    Petit disclaimer : avant tout, il me parait important de rappeler que le tricot (ou n’importe quel loisir d’ailleurs) doit rester une activité fun et qui vous permet de vous détendre. La « performance », on s’en fiche : le plus important est de profiter de votre tricot avant, pendant et après votre projet. Cet article est surtout destiné à donner des astuces pour vous aider si vous avez envie de développer vos connaissances en tricot, et ça peut inclure la vitesse. Mais surtout, ne vous mettez jamais la pression pour tricoter !

    1 – Tricoter plus vite ou tricoter plus ?

    Tout d’abord, je tiens à revenir sur un point essentiel. Est-ce que je tricote vite, ou est-ce que je tricote juste beaucoup ? On peut avoir l’impression qu’une personne tricote très vite parce qu’elle réalise beaucoup de projets, mais cette efficacité peut venir de plusieurs choses : c’est une question de rapidité certes, mais aussi de temps, d’efficacité et d’expérience.

    Vous pouvez être le Speedy Gonzales du tricot, si vous ne tricotez qu’une heure par semaine, forcément en terme de progrès, ce ne sera pas la même chose que si vous tricotez moins vite, mais plus régulièrement.

    Donc mon premier conseil est plutôt simple : trouver le temps de tricoter. Ce n’est pas toujours évident de le trouver, ce temps, entre le travail, les études, un foyer à gérer, les tâches du quotidien, je vous l’accorde. Mais il y a sûrement des moments que vous pouvez utiliser dans la journée pour tricoter : vous prenez des transports en commun régulièrement et vous ne savez pas comment occuper votre temps de trajet? Le tricot. Vous trouvez que vous passez trop de temps le soir sur votre téléphone à regarder des vidéos sur les réseaux sociaux? Rangez votre téléphone et tricoter. Essayez d’analyser ce que vous faites dans une journée et de vous dégager un moment, même 15-20mn, pour tricoter. Ce ne doit évidemment pas être une contrainte, mais un moment de détente. Et vous verrez, une fois que vous arriverez à incorporer un moment tricot dans une routine quotidienne, vos projets avanceront plus vite.

    2 – Rendre votre tricot nomade.

    Dans le prolongement du premier conseil, n’hésitez pas à emporter votre tricot avec vous. J’ai pris l’habitude d’avoir constamment mon tote bag avec un en-cours dedans, le patron qui va avec et une petite trousse avec des outils essentiels (marqueurs, arrête-mailles, un stylo…). Comme ça, je peux le sortir à tout moment.

    Bien sûr, je conçois qu’emporter un gros pull ou un immense châle avec vous partout, ce n’est pas forcément le plus pratique. Mais les petits projets sont plus simples à transporter, comme les chaussettes. Il existe en plus pas mal de jolis sacs à projets petits et pratiques pour vous aider.

    Il faut aussi être à l’aise avec le fait de tricoter en public. Mais la plupart du temps, à part des regards amusés, on me laisse tranquille, surtout si j’ai mes écouteurs.

    3 – Apprendre à détacher vos yeux du patron

    Un grand conseil qui est moins facile à mettre en œuvre et qui pourtant est très efficace : apprendre à ne pas avoir les yeux collés à votre patron. C’est pas facile, surtout lorsqu’on débute, de lâcher son patron. On lit et relit les instructions, on vérifie ce qu’on fait toutes les deux minutes…

    Alors attention, il n’est pas question ici de ne jamais regarder votre patron ou de l’apprendre par cœur avant de commencer à tricoter, mais plutôt d’apprendre à vous faire confiance. Commencez par essayer de moins le regarder quand vous avez une mer de jersey à tricoter. Ou quand vous savez que vous devez faire des diminutions toutes les 10 rangs pendant 50 rangs.

    Pour des tricots à motifs ou du jacquard, utilisez des marqueurs de mailles pour bien délimiter des sections précises, utilisez un compteur de rangs (un bon vieux papier et stylo font bien l’affaire), et vous allez voir que progressivement, vous allez intégrer de plus en plus rapidement les répétitions, le tricot va devenir de plus en plus instinctif. Bien sûr, si vous avez le moindre doute, votre patron doit rester votre meilleur allié. Mais en arrivant à être moins dépendant de celui-ci vous arriverez à avancer plus rapidement dans votre tricot.

    4 – …Et de votre tricot !

    Dans le prolongement du point précédent, je vous encourage à apprendre à tricoter différemment. La connexion yeux-mains est très forte en tricot. On regarde les mailles, les aiguilles, le fil, les points se former.

    Une bonne façon d’apprendre à tricoter plus vite est de passer par l’apprentissage du tricot « sans les yeux ». Alors on ne va pas aller jusqu’à tricoter dans le noir ou à se bander les yeux, mais je vous invite à travailler et développer votre sens du toucher quand vous tricotez. Sentez les mains sur les aiguilles avec vos doigts, la façon dont vous tenez et manipulez votre fil, la sensation qu’a une maille tricotée. Un bon moyen est de s’entraîner avec du fil assez épais, car vous le sentirez mieux. Petit à petit, vous allez arriver à compter vos mailles avec vos doigts sans regarder votre travail, et même à remarquer quand vous aurez loupé une maille. Vous arriverez aussi à faire la différence entre les mailles endroits, les mailles envers, les jetés. C’est quelque chose qui met du temps à s’apprendre, mais une fois que vous aurez pris le coup de main, vous pourrez plus facilement tricoter en regardant une série ou un film, par exemple.

    Tout comme pour le patron, bien entendu, regarder votre travail reste très important !

    5 – Soyez patient !

    Parler de patience dans un article sur la rapidité, ça parait un peu paradoxal, et pourtant. Rome ne s’est pas faite en un jour, et comme pour presque toutes les compétences, la vitesse en tricot s’acquiert avec le temps et la pratique. Bien sûr, certaines personnes vont progresser plus rapidement que d’autres, mais il faut garder en tête, comme pour une activité sportive, que l’expérience vous aidera naturellement à progresser. Si vous tricotez souvent, vous prendrez de l’assurance et votre vitesse s’améliorera aussi. C’est ce que je dis souvent à des personnes de mon entourage qui tricotent depuis deux ou trois ans et qui s’étonnent de ma vitesse : j’ai commencé le tricot à 8 ans, et depuis l’adolescence je tricote tous les jours, à plusieurs moments de la journée. Forcément, ça joue !

    6 – Enfin, prenez soin de vous ! 🙂

    Terminons par un point important, que j’ai déjà évoqué dans d’autres articles astuces: prenez soin de vous. On ne dirait pas forcément comme ça, mais le tricot, c’est physique. Attention à votre posture, à vos poignets, à votre cou… Faites des pauses, des étirements… Tout ça, ça joue sur votre capacité à bien tricoter.

    Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui ! J’espère que cet article vous a plu, n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire avec vos conseils et astuces si vous en avez. On se retrouve très vite pour un nouvel article, en attendant comme toujours, prenez soin de vous et à bientôt 🙂

    La Tricomtoise.

  • Uncategorized

    Dapper Week-end à Disneyland Paris : Trois jours, trois projets couture !

    Bonjour à tous !

    J’espère que vous allez bien et que vous passez une belle semaine ! Je suis ravie de vous retrouver aujourd’hui pour un nouvel article qui mettra la couture à l’honneur. Il y a quelques semaines, j’ai passé trois jours à Disneyland Paris avec mon amie Sophie et sa famille, pour participer au Dapper Day : cet événement qui se tient dans le parc français mais également dans les parcs américains invitent ses participants à enfiler leurs vêtements les plus chics, avec des tenues rétro/vintage. Nous avons profité de cette journée pour nous organiser tout un week-end où nous avons fait des Disneybounds (autrement dit des tenues inspirées de personnages Disney/Pixar/Marvel…) en groupe. Je ne vous montre aujourd’hui que mes tenues et les projets couture qui vont avec, mon groupe comprenant des enfants que je ne souhaite pas montrer sur un site public, mais j’espère que l’idée vous plaira ! Bonne lecture à vous 🙂

    1 – Cendrillon.

    On commence cette présentation avec ma tenue portée le vendredi. J’étais particulièrement excitée par ce look car c’était l’occasion pour moi de sortir une salopette sur laquelle je travaille depuis un moment. Notre film choisi pour ce premier jour sur le parc était Cendrillon. J’ai eu le plaisir de me transformer en Cendrillon dans sa version robe rose, et j’ai donc pour cela enfilé ma salopette : elle vient du patron Jane Set de chez Charm Patterns by Gertie. Je me suis offert ce patron dans l’objectif de réaliser une salopette de cow-boy, inspirée par la tenue portée par Barbie dans le film qui sort prochainement. Réalisée dans un coton rose, ce salopette comprend tout un corsage assez complexe à faire (notamment car il y a beaucoup de parties différentes). Je vous reparlerai de cette salopette dans un article dédié je pense, mais j’étais bien contente d’avoir pu la réaliser lors des cours de couture que je prends, car j’ai eu besoin d’aide pour la faire. Mais le résultat est très chouette. Je dois encore lui ajouter quelques éléments pour la « barbiefier », en attendant elle marche bien pour Cendrillon.

    2 – Encanto.

    Le samedi avait lieu l’événement officiel du Dapper Day. Le choix du film s’est porté sur une sortie récente, Encanto, que j’ai personnellement beaucoup aimé. Ce film comprend beaucoup de personnages très intéressants à bounder, car ils ont des couleurs et des styles assez différents les uns des autres. J’ai dans mon cas porté une tenue inspirée par le personnage de Luisa, caractérisée par sa force mais aussi l’angoisse d’être à la hauteur. Comme je me reconnais assez dans ce personnage, j’étais très contente de pouvoir faire une tenue à son image.

    Je me suis lancée un challenge pour cette tenue : celui de partir vers une inspiration 60s, avec notamment une robe Jackie Kennedy. J’aime beaucoup l’élégance et la sobriété de cette robe, avec les plis et le nœud sur la ceinture.

    Pour ma robe, j’ai utilité un patron tiré du livre 200 robes à partir de 20 patrons que j’avais déjà réalisé par le passé, dans une autre variante. Ma robe reprend plusieurs éléments clés de la robe de Jackie Kennedy : l’absence de manches, un corsage structuré par des pinces, et des plis au niveau du devant et du dos de la jupe pour lui donner du volume et de la tenue (le coton assez épais que j’ai utilisé aide beaucoup aussi). J’ai rajouté une ceinture cousue sur la robe, avec un nœud que j’ai improvisé sans patron. Parmi les modifications par rapport à l’original, j’ai préféré une encolure ronde, plutôt qu’un V. Vous remarquerez aussi sur le bas de la jupe un pan de tissu. On a l’impression qu’il fait partie du design mais en réalité, il s’agit d’une erreur de ma part. En effet, j’avais prévu à la base de faire une robe qui tombe juste en dessous des genoux, mais après découpé le bas de ma jupe, j’ai réalisé qu’elle remontait beaucoup trop haut derrière (la faute aux squats, on va dire). C’est Sophie qui est venue à ma rescousse en me conseille de tout simplement recoudre bien proprement la bande que j’avais découpée et de faire un ourlet à la bonne longueur. Bref, même si je suis assez contente de cette robe, elle m’a donnée des sueurs froides !

    3 – Toy Story.

    Pour notre dernier jour, je savais que je voulais faire un look plus casual, décontractée, non seulement car j’allais prendre le train pour rentrer à la maison, mais aussi car après deux jours à marcher dans Disneyland Paris, le confort me paraissait capital. Notre thème était donc Toy Story et j’ai donc pu compter sur de beaux aliens et une Buzz l’éclair d’exception pour m’accompagner.

    En ce qui me concerne, j’étais Jessie, la cow-girl qui apparait dans le second film. Pour ma tenue, j’ai donc enfilé un cardigan blanc et surtout mon pantalon corsaire que je vous ai déjà présenté sur le blog, qui collait bien au personnage. Mon amie Sophie avait pris le temps de réaliser deux petits nœuds en tissu imprimé vache, que nous avons ajouté au pantalon pour l’occasion. De mon côté, j’ai réalisé un projet couture pour cette tenue : une nouvelle blouse Cali (la 4ème, et oui) de Treize Coquelicots. Je n’ai pas pris de photos plus rapprochées de la blouse, mais je tâcherai de vous en poster bientôt sur Instagram. J’ai utilisé pour ce projet un joli coton dans les jaunes avec des fleurs, et un panneau pour le haut du dos en rouille. Quatrième exemplaire pour moi de cette blouse, que j’aime beaucoup donc !

    Et voilà, j’espère que cet article vous plait ! J’étais très contente en tout cas de vous parler de mes différentes réalisations et je vous retrouve très vite pour un nouveau post. N’hésitez pas à me laisser un commentaire pour m’indiquer quelle tenue vous préférez. Prenez soin de vous et à très vite ! 🙂

    La Tricomtoise.

  • Uncategorized

    Bien se préparer pour tricoter : échauffement, posture, et soin !

    Bonjour à tous !

    Je suis très heureuse de vous retrouver aujourd’hui pour un nouvel article un peu particulier mais qui me semble important : comment prendre soin de vous pour bien tricoter. Car oui, même si on ne dirait pas comme ça, le tricot est une activité assez physique. On sollicite bien évidemment les doigts, les mains, les poignets, mais aussi le dos et notre cou. Tricoter longtemps sans avoir mal nécessite de faire attention à son outil de travail principal : son corps. Ce sujet a déjà été abordé plusieurs fois, notamment par Les Triconautes dans un article très complet, mais voici quelques éléments tirés de mon expérience personnelle qui pourront peut-être vous être utile !

    TRES IMPORTANT : Si vous ressentez des douleurs fréquentes lorsque vous tricotez, je vous invite à consulter votre médecin généraliste rapidement pour pouvoir être orienté vers un spécialiste ou pour prévenir d’éventuelles blessures/pathologies.

    1 – Se préparer avant de tricoter.

    Avant de vous installer pour tricoter, prenez le temps de préparer votre corps mais aussi votre environnement pour pouvoir être aussi confortable que possible.

    Préparez les choses dont vous aurez besoin pour tricoter : votre laine, vos aiguilles et votre patron, évidemment, mais aussi tout ce dont vous pourriez avoir besoin pendant votre séance. Un verre d’eau, un thé, de la musique ou une série, un carnet et un crayon, un coussin pour caler votre dos ou vos coudes… Si vous tricotez chez vous, vous pouvez vous trouver une petite boîte, un panier, un tiroir ou une table d’appoint pour garder toutes ces choses à porter de main. Un sac à projets ou un tote bag font très bien l’affaire pour les séances en voiture, au parc ou dans les salles d’attente.

    Au-delà de ces éléments plutôt évidents, je vous invite, si vous avez prévu une longue séance de tricot, à prendre le temps de bien vous échauffer. Marchez quelques minutes, et surtout échauffez-vous les mains, le cou, les poignets. Je vous recommande notamment cette très bonne vidéo de YogabyKnitSpirit, qui dure une dizaine de minutes.

    Toujours dans le cadre d’un long temps tricot, n’hésitez pas à vous programmer des petites alarmes, toutes les 20-30mn, pour prendre quelques secondes pour vous lever. Une petite pause de quelques minutes vous permettra de bouger, permettant de mobiliser votre corps autrement. Elle vous aidera aussi à éviter ou limiter certaines crampes ou douleurs.

    2 – Pendant votre séance…

    Une fois que vous attaquez votre séance de tricot, veillez à vous installer le plus confortablement possible. Il n’y a pas que vos mains qui tricotent, mais tout votre corps. Avec l’habitude, vous avez peut-être déjà identifié les zones qui vous gênent à force de tricoter. Par exemple, si vous savez que votre dos finit par vous faire mal, essayez de bien caler votre dos, avec des coussins. Si vos coudes se fatiguent, si vous le pouvez, travaillez sur une chaise ou un fauteuil avec des accoudoirs sur lesquels vous pourrez les poser.

    La posture est capitale. Personnellement, j’avais été marquée par une vidéo de Karolina Zebrowska dans laquelle elle interviewait Pinsent Tailoring : il y montrait comment il s’installait pour travailler de façon à ne pas se fatiguer trop physiquement, et ses techniques ont inspiré ma façon de tricoter. J’ai naturellement tendance à m’asseoir en tailleur; avec l’habitude et également du yoga, j’ai remarqué que je me tenais bien plus droite dans cette position qu’assise normalement. Je pose aussi souvent un coussin sur mes genoux, ce qui me permet de surelever un peu mes coudes et de rapprocher mon tricot du haut de mon corps. Ainsi, ça m’évite d’avoir à trop baisser le cou et j’ai également remarqué que mes yeux fatiguent moins vite ainsi.

    Comme dit plus haut, n’hésitez pas à faire régulièrement des pauses dans votre séance !

    3 – Une fois les aiguilles posées.

    Vous avez terminé votre séance ? Comme les sportifs, un temps de récupération s’impose. Des étirements post-tricot peuvent vous faire beaucoup de bien. Je vous recommande notamment cette vidéo de yoga par Yoga with Adriene avec quelques exercices qui permettent de relâcher les mains mais aussi de renforcer ses muscles.

    De manière générale, les exercices de renforcement musculaire pour les mains et les bras sont de bonnes choses pour vous aider à tenir lors des séances de tricot. Vous en trouverez beaucoup sur YouTube.

    Si vous n’avez pas le temps (ni l’envie) de faire ce type d’exercices à chaque fois, vous pouvez aussi privilégier un auto-massage de quelques minutes avec une crème pour les mains, ce qui déliera un peu vos doigts.

    4 – Bonus : ma trousse avec mes essentiels tricot.

    Pour conclure, voici une petite liste de ce que j’ai à portée de mains lorsque je tricote (ou même quand je ne tricote pas) pour m’assurer de passer le meilleur moment possible :

    • Une crème pour les mains : ne serait-ce que l’hiver, c’est clairement un allié capital. Mais même le reste de l’année, j’essaie d’avoir toujours une crème avec moi. Je l’utilise pour m’hydrater les mains avant mais surtout après avoir tricoté et aussi pour me masser avec.
    • Une petite lime à ongles : pour quelqu’un qui a des ongles dans un état catastrophique pour moi, c’est un indispensable. J’ai souvent des bouts d’ongles qui se coincent dans mon fil. Un petit coup de lime règle le problème sans céder à la tentation de me ronger les ongles.
    • Mes écouteurs : surtout pour quand je tricote dans les transports en commun – comme ça je peux tricoter tout en écoutant mes podcasts préférés.
    • Une mini-peluche : j’ai avec moi une petite peluche ronde, de la même taille que les balles pour le renforcement musculaire. Je m’en sers à la fois comme outil d’auto-stimulation et pour faire des exercices !

    Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui ! J’espère que cet article vous a plu : beaucoup des conseils donnés sont du bon sens, mais je pense qu’il reste important de parler de la posture et des moyens de tricoter en prenant soin de son corps. N’hésitez pas à me laisser vos commentaires avec vos astuces, je vous répondrai avec plaisir. En attendant le prochain article, prenez soin de vous 🙂

    La Tricomtoise.

  • Uncategorized

    Canvas de Kim Hargreaves.

    Bonjour, tout le monde !

    Soyez les bienvenus sur le blog ! Je suis très heureuse de vous retrouver aujourd’hui pour un nouvel article tricot, dans lequel je vous propose de découvrir l’un de mes derniers projets en date. Il s’agit d’un pull récemment terminé et que j’ai beaucoup aimé réaliser, le Canvas de Kim Hargreaves.

    Souvenez-vous, il y a plusieurs mois je vous parlais de mon tout premier design de Kim Hargreaves, le fameaux Hearten, un très beau gilet court comprenant énormément de détails (des torsades, des côtes, du picot, du point de riz…). Ce design est issu de la collection Calm de la designeuse, une collection avec de très beaux modèles cosy et confortables. J’avais très envie de tester un autre modèle de cette série, plus simple que le Hearten, et j’attendais donc la bonne occasion de m’y mettre.

    Cette bonne occasion s’est présentée il y a quelques mois lorsque Lyly sur un fil a sorti pour Halloween un coloris pour sa gamme Lyl Sock qui a été un énorme coup de cœur : le Friends don’t lie, inspiré par une de mes séries fétiches, Stranger Things. Ce coloris, plutôt sombre (ce qui change de mes couleurs habituelles, dans les vifs ou pastels), représente bien le monde de l’Upside Down; on y trouve des rouges, des violets, des bruns, des bleutés, formant un très bel ensemble. J’ai donc immédiatement craqué en prenant trois écheveaux, car je savais qu’avec tout cela il y aurait de quoi faire un pull. Et en cherchant un design à réaliser, mon choix s’est porté sur le Canvas.

    Le Canvas est un très beau modèle, sobre et simple, comme l’ensemble de la collection Calm. Avec son col bateau et son côté ample, il se prête très bien à des tenues plutôt casual, mais les détails ajourés sur les manches et le corps lui donnent une petite originalité que j’aime beaucoup.

    La construction de ce pull est relativement simple: pour moi c’est un pull assez accessible pour les débutants qui maîtrisent bien les bases. Les différentes pièces se travaillent séparément, en commençant par les côtes, puis on passe au jersey et au motif ajouré. Ce motif se travaille sur quatre rangs identiques, il est plutôt simple à réaliser. Et une fois qu’on a pris le pli, le pull monte assez vite !

    Une fois les différentes pièces finies, on assemble les coutures raglan, puis on montre des mailles pour le col qui se tricote lui aussi en côte. On termine les coutures, on rentre les fils et je vous conseille de bien bloquer le pull car le blocage pour moi a permis de faire ressortir le motif ajouré, notamment sur les manches.

    Le patron nous invite à changer d’aiguilles pour le motif ajouté (4mm pour le jersey, 3.75 pour le motif), mais honnêtement j’ai travaillé tout le pull (à l’exception des côtes) en 4mm car c’était plus simple pour moi que de changer d’aiguilles.

    J’avais déjà eu l’occasion de tester la gamme Lyl Sock de Lyly sur un fil grâce à un écheveau trouvé lors d’une vente éphémère à la Mercerie Mimosa (j’avais fait une écharpe feuille). J’avais beaucoup aimé le fil, un plaisir aussi à travailler pour ce pull. Non seulement le coloris est superbe, mais il révèle toutes ses nuances dans le jersey.

    J’ai choisi le Canvas pour son motif ajouré qui m’évoquait des racines, qu’on trouve dans l’Upside Down. Je me suis dit que c’était le design parfait pour rappeler de façon subtile le monde de Stranger Things.

    Le Canvas a été un plaisir à travailler : il se tricote vite et est simple à faire. Il est selon moi adapté à des débutants qui maîtrisent les bases et commencent à se lancer dans des pulls, car il reste assez simple à construire tout en gardant assez d’originalité pour être intéressant. J’ai mis plusieurs mois à le faire car j’avais un test en même temps, mais sinon je pense que j’aurais même pu le finir plus vite. C’était très intéressant de tester un second Kim Hargreaves, surtout après un premier design assez complexe. Il y a d’autres patrons dans la collection Calm qui me font envie, et que je tricoterai à l’avenir !

    En tout cas, j’espère que ce pull, le premier de l’année, vous plait ! N’hésitez pas à me laisser un commentaire et je vous répondrai avec plaisir ! On se retrouve très vite sur le blog, en attendant comme toujours prenez soin de vous !

    La Tricomtoise

  • Uncategorized

    J’ai testé pour vous : la box Ghibli ArcoIris Yarns.

    Bonjour à tous !

    Soyez les bienvenus sur le blog ! Je suis très heureuse de vous retrouver en cette nouvelle semaine pour un article tricot. C’est un article un peu différent que je vous propose, car je ne vais pas vous parler d’un patron ou d’un projet, mais d’une box tricot.

    Depuis plusieurs années déjà, les boxes sont à la mode. On en trouve pour tous les goûts : maquillage, lecture, soin, loisirs créatifs, vêtements… Et le tricot n’est pas en reste.

    Hachette propose par exemple depuis plusieurs années maintenant un abonnement mensuel (la Maille Box) qui permet de recevoir du fil et des livrets avec des explications techniques et des patrons. Abonnement que j’avais pu testé un temps et qui est plutôt sympa, surtout pour les débutants.

    C’est sur Instagram que j’ai découvert ArcoIris Yarns, après avoir vu plusieurs personnes partager des photos de leur Club Ghibli. Le concept est simple : tous les deux mois en 2022, ArcoIris Yarns proposait une box dédiée à l’un des films Ghibli. La box comprend un fil, coloris mystère inspiré du film choisi, avec la possibilité d’avoir un kit chaussettes. Il est aussi possible d’ajouter à la box un « boost » : ce boost permet d’ajouter tout un tas de petites surprises, toujours dans le thème de la box.

    J’étais très intriguée par le concept, d’autant plus que j’adore les films Ghibli. C’est un univers que j’aime beaucoup; je suis particulièrement fan de Totoro, Le voyage de Chihiro et Porco Rosso. Mais mon Ghibli préféré, c’est Kiki la petite sorcière.

    Alors quand j’ai vu que la box de septembre avait pour thème Kiki et son monde, je n’ai pas hésité longtemps. J’ai pris box avec le boost et la version kit chaussettes. Et même si le club Ghibli prend fin (il s’agissait d’un exclusivité 2022), ce n’est pas la fin des boxes pour ArcoIris Yarns : un nouveau thème arrive pour 2023 et je me suis dit qu’un petit retour sur mon expérience vous intéresserait peut-être !

    Déjà, j’aime beaucoup le fait qu’on a l’option de prendre juste le fil ou d’ajouter un boost. Cela permet d’avoir une box qui a un prix assez accessible (23 € sans le boost, un prix assez standard pour un écheveau de ce style). Le prix du boost peut paraître conséquent, mais j’ai été agréablement surprise par le contenu de ma box, bien fournie.

    En plus des écheveaux (j’ai pris la version chaussettes) qui sont vraiment très jolis et dont les couleurs rappellent assez bien Kiki, il y avait des petites choses à grignoter : des Kit-Kat venus du Japon avec des goûts très originaux et des bonbons, un sachet de verveine (tout à fait Kiki !) que j’ai utilisé pour des infusions, une belle affiche qui est déjà accrochée dans mon atelier, le fameux transfert Kiki & Jiji que vous avez pu voir dans un précédent article (je l’ai appliqué sur un tote bag), un tour de cou Jiji, un magnet Kiki, du masking tape (j’adore) et une paire de mini-ciseaux patte de chat. Beaucoup de choses donc, et qui collent toutes à l’univers de Kiki.

    Et en plus ça, il est possible, si vous n’avez pas envie d’investir dans la box avec boost ou si vous avez envie d’un seul élément, de trouver sur le site les différents items, vendus séparément.

    Quant au fil en lui-même, j’ai adoré le tricoter : car oui, je m’en suis déjà servi pour un projet que je vous présenterai bientôt sur instagram et dans un article Bazar. Il est ultra agréable, les couleurs sont vibrantes et belles. Franchement, une belle découverte.

    J’ai déjà hâte de découvrir le thème choisi pour les prochains clubs ! En tout cas, c’est sûr, je suis pressée de tester d’autres fils de chez ArcoIris Yarns, car c’était une belle découverte.

    Je vous retrouve très vite pour un nouvel article, en attendant comme toujours prenez soin de vous 🙂

    La Tricomtoise

  • Uncategorized

    Couture : le sac Georges, mon premier gros projet !

    Bonjour à tous !

    Je suis ravie de vous retrouver en cette nouvelle semaine pour un nouvel article, consacré aujourd’hui à mes aventures d’apprentissage de la couture. Vous le savez peut-être si vous suivez ce blog, mais j’ai récemment commencé à apprendre à coudre. Après quelques petits projets et deux jupes relativement simples, j’ai eu envie de me challenger et de partir sur quelque chose de plus conséquent.

    En discutant avec les couturières de mon entourage, le sac Georges de Viny DIY est souvent ressorti comme un excellent projet pour un tel challenge. En effet, le sac propose d’explorer différentes textures, implique des sangles, des fermetures éclairs, des poches… tout en restant accessible aux débutants.

    J’ai donc décidé de me lancer et de tenter un premier sac pour moi. En plus, mon papy s’appelait Georges: un signe !

    Pour ce premier sac Georges, je suis partie sur un sac entièrement rose, une de mes couleurs préférées. J’ai acheté toutes les fournitures sur Mondial Tissus, en choisissant les éléments autour du jacquard floral que j’ai sélectionné en premier et dont je suis tombée amoureuse en le voyant.

    La réalisation de ce sac commence par la découpe des pièces du patron. Un exercice que j’avais déjà fait par le passé mais sur un bavoir, donc avec moins de pièces et de tissus. Ensuite, on assemble l’extérieur du sac, en créant les poches et en installant les sangles. On fait la doublure et on ajoute la fermeture éclair, et enfin, on joint tout ensemble !

    C’est vraiment lorsqu’on retourne le sac que tout prend forme et que la magie fait effet. Je doutais du résultat; finalement, j’ai été très bluffée.

    Parmi les points positifs de ce projet, je retiens surtout :

    • La clarté des instructions : le patron est vraiment un pas à pas illustré avec des photos présentant toutes les étapes. C’est très facile de s’y retrouver et de comprendre ce qu’on a à faire. C’est pour cela que je trouve que le patron est accessible aux débutants qui ont des notions de couture, en plus du fait que les points requis sont des points de base.
    • J’ai pu apprendre/développer mes compétences : comme je débute la couture, j’apprécie particulièrement de pouvoir intégrer à mes projets de nouveaux aspects. Ici, j’ai pu tester de nouveaux tissus (le simili cuir, le jacquard) mais aussi des techniques que je ne connaissais pas. Par exemple, j’ai entoilé du tissu pour la première fois. J’ai posé des sangles, ce que je n’avais jamais fait. J’ai beaucoup aimé.
    • On peut adapter le sac à toutes nos envies : pour ce premier sac, j’ai suivi les instructions et fournitures à la lettre. Cependant, il est possible de le modifier à l’envie, soit pour d’autres tissus, pour enlever ou ajouter des poches, mettre une bandoulière ou non… C’est vraiment un gros point fort !

    Je suis très contente du résultat final, le sac est très pratique et joli. Il y a pas mal de défauts (la fermeture n’est pas très bien posée, par exemple; la doublure pourrait être plus nette). Mais je sais déjà que je vais en faire d’autres (ma maman m’en a demandé un). J’ai hâte !

    J’espère en tout cas que cette présentation du sac Georges vous plait, n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire !

    On se retrouve très vite pour un nouvel article, en attendant comme toujours prenez soin de vous 🙂

    La Tricomtoise

  • Uncategorized

    Le pull Gogink – Marie Amélie Designs

    Bonjour à tous,

    Je suis très heureuse de vous retrouver sur le blog pour un tout nouvel article ! Aujourd’hui, je reviens enfin avec un article tricot un peu plus costaud, après plusieurs semaines à vous parler d’autres choses ou de projets plus petits.

    Il faut dire qu’après avoir terminé mon gilet Hearten en mai, j’ai un mal fou à tricoter de grosses pièces. J’ai bien commencé le Margaret Beaufort de mon idole Alice Starmore, mais à part le dos, je n’ai pas avancé dessus depuis des semaines.

    Je me suis rendue à l’évidence : j’étais en plein « burnout » tricot, ma concentration n’est plus au rendez-vous. J’ai un mal fou à travailler sur des projets qui demandent des motifs ou qui sont un peu trop techniques. Il me fallait donc des tricots plus rapides à réaliser, je me suis aussi beaucoup plongée dans le crochet et la couture, histoire de ne pas abandonner les loisirs créatifs, puis j’ai repris mes aiguilles pour un gros projet, que je savais cependant assez facile à réaliser.

    Il s’agit du pull Gogink, un design de Marie Amélie Designs, acheté en kit chez Bouclelaine. J’avais adoré tricoté le Lustucru d’Alice Hammer avec du fil Bouclelaine, et j’ai donc eu envie de tester une autre de leurs gammes. Le kit du pull était proposé notamment avec la Mérinos-Angora SPORT (90% mérinos, 10% angora), alors j’ai sauté sur l’occasion. C’était en plus l’occasion pour moi de tester pour la première fois un patron de chez Marie Amélie Designs, que je ne connaissais pas encore.

    La construction de ce pull est simple à comprendre. Les instructions sont d’ailleurs toutes très claires, ce que j’ai particulièrement apprécié. C’est un top down en circulaire, avec un très bel empiècement qui a un effet art déco (selon moi). Après l’empiècement, on met les manches en attente et on tricote le corps. On reprend ensuite les mailles en attente pour réaliser les manches, qui ont un joli effet bouffant.

    J’ai choisi ce modèle car je trouvais le motif de l’empiècement très beau, et je ne suis pas déçue. Je trouve d’ailleurs que cet empiècement est un bon moyen de se lancer dans le jacquard car le motif est assez simple à suivre, et ne nécessite que deux couleurs. Je crois que c’est le premier jacquard que je réussis aussi bien et sans accroc !

    Le pull comporte aussi énormément de jersey tout droit, donc c’est aussi parfait pour faire un tricot tranquille ! C’est vraiment un projet parfait si vous maitrisez les bases du tricot et que vous avez envie de vous lancer dans quelque chose d’un peu plus ambitieux.

    J’ai tout de même réalisé quelques modifications par rapport au patron : j’ai raccourci le corps de 3cm et j’ai allongé les côtés de 7 à 10cm. Pour les manches, ayant de petits bras, j’ai là aussi raccourci l’ensemble. J’ai également ajouté Pollen dans les côtes afin de faire un rappel.

    Globalement, je suis très contente de ce projet. Le résultat est à la hauteur de mes attentes et terminer un pull après plusieurs mois à galérer, ça fait plaisir. Mon bémol est que le pull est un peu trop ample à mon goût (je préfère les hauts plus près du corps, comme les coupes rétro), mais ça ne m’empêchera pas de le porter trèèès souvent cet automne et cet hiver !

    En tout cas, j’espère vous avoir donné envie de tester ce beau pull !

    Je vous retrouve très vite pour un nouvel article, en attendant comme toujours prenez soin de vous !

    La Tricomtoise

Mentions de Cookies WordPress par Real Cookie Banner